La trichotillomanie, un Toc plutôt qu’un Tic

Qui ne possède pas ses propres manies, et ses tics ?! Mais quand ces derniers envahissent le quotidien et deviennent une pulsion irrépressible, atteignant leurs paroxysme cela vire au pathologique et on parle de TOC, trouble obsessionnel compulsif, dont la trichotillomanie en fait partie.

Il s’agit en effet d’un trouble psychologique compulsif caractérisé par un besoin incontrôlable de s’extirper, de manière répétitive, les cheveux un à un ou par mèches entières, mais aussi les poils des cils et des sourcils.

La trichotillomanie a été décrite pour la première fois en 1989 au Etats-Unis. Elle touche en majorité les femmes, et les enfants en bas âge.

Ses symptômes peuvent être épisodiques ou continus et d’intensité et localisation très variables.

En effet, certains trichotillomanes s’arrachent les cheveux de façon automatique, en lisant ou en regardant la télé, n’étant pas conscients de leurs gestes qui ne sont pas prémédités.

D’autres, au contraire, s’arrachent certains poils de manière délibérée, ou le geste de l’arrachage est un besoin impérieux qui sera effectivement suivi d’un sentiment d’apaisement ou de culpabilité.

Mais ces deux formes peuvent coexister chez une même personne atteinte de ce trouble.

Bien qu’elle paraisse anodine, cette affection peut avoir des conséquences importantes, tant esthétiques que psychologiques, la personne ressent une certaine honte la poussant à limiter ses activités sociales.

La trichotillomanie s’accompagne souvent d’autres troubles obsessionnels compulsifs, de dépression et de déficit de l’attention.

Les causes de ce trouble restent méconnues, mais selon certaines études, des facteurs génétiques pourraient être l’une de ces causes car deschercheursont identifié une mutation sur ungènechez des sujets atteints de trichotillomanie.

La consultation d’un psychologue pourrait aider à la détermination de l’origine de ces troubles dont le traitement par une thérapie cognitivo-comportementale (TCC) est efficace, et par des médicaments psychotropes qui pourraient être prescrits dans certains cas.

B.H.S

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *