Nouveau traitement prometteur de l’infertilité masculine

infertilite-masculine-obesite-letrozole-sante-tunisieLe létrozole est un médicament approuvé par la FDA, (Food and Drug Administration) pour le traitement du cancer du sein chez les femmes ménopausées avec des  récepteurs d’œstrogènes positive.

Une faible dose de ce médicament peut, selon Certaines études publiées récemment, normaliser les niveaux de testostérone chez les hommes atteints d’obésité liée à de faibles taux de testostérone.

Les médecins pensent que l’obésité peut causer l’infertilité chez les hommes, parce que les excès de graisse engendre un taux élevé d’œstrogènes car  l’Enzyme aromatase qui est la plus répandue dans ces graisses transforme les androgènes (hormones mâles, comme la testostérone) en œstrogènes.

Le Létrozole inhibe l’action de l’aromatase.

Une équipe de médecins endocrinologues, du centre hospitalier de l’université de Montréal a étudié les dossiers médicaux de 12 hommes obèses à recherche d’un traitement contre leur infertilité et qui avaient un diagnostic d’obésité lié à un hypogonadisme hypogonadotrophique.

Cette dernière est une forme de défaillance caractérisée par de faible taux de testostérone laquelle se forme lorsque la glande pituitaire (hypophyse), qui signale aux testicules de produire la testostérone, envoie des signaux anormalement faibles pour stimuler les gonades. Par conséquent seul un faible nombre de spermatozoïdes peut être entraîné.

En moyenne, les hommes objet de l’étude, avaient été stériles pendant près de trois ans. Ils avaient  reçu une pilule létrozole 2,5 milligramme chaque semaine et  suivi pendant une période allant de deux à 21 mois.

Au cours de cette période, un des participants n’a pas toléré le traitement en raison de maux de tête et est passé au traitement avec l’anastrozole, un autre inhibiteur de l’aromatase mais a été inclus dans l’analyse. Un autre participant n’a pas répondu à un traitement au létrozole.

Selon les médecins, il avait probablement d’autres problèmes de santé, dont le diabète non contrôlé, qui pourraient également avoir une incidence sur le niveau de testostérone et / ou la qualité du sperme.

Les résultats ont montré que parmi les 11 patients restants, les niveaux de testostérone ont augmenté à la normale et le niveau de l’estradiol, un type d’œstrogène, a sensiblement diminué chez la plupart d’entre eux.

Trois couples ont conçu (dont l’un utilisé la fécondation in vitro), quatre grossesses s’ensuivirent. Deux grossesses étaient réussies. Une, arrêtée à cause d’une grossesse extra-utérine (croissance du fœtus hors de l’utérus), et une fausse couche.

Les dits médecins ont conclu que le traitement par le létrozole est moins cher et plus facile que le traitement habituel impliquant des injections hormonales de la gonadotrophine chorionique humaine ou hCG.

Les résultats de ces travaux ont été présentés au 97 ème  congrès annuel de la société américaine d’endocrinologie tenu du 5 au 8 Mars 2015.

B.H.S