Les femmes dominatrices ont moins tendance à faire l’amour

Selon une récente étude, les femmes qui prennent beaucoup de décisions au sein du foyer ont jusqu’à 100 fois moins de relations sexuelles que les autres.

Selon cette étude de l’université John Hopkins à Baltimore, qui sera publiée en octobre 2011 dans la revue scientifique Journal of Sex, le pouvoir ne donne pas plus envie aux femmes de faire l’amour. « Plus le nombre de décisions que la femme déclare avoir pris est grand, en comparaison du nombre de décisions prises avec le conjoint, moins elle a de relations sexuelles et plus sa dernière relation sexuelle remonte loin dans le temps », explique Michelle Hindin, qui a dirigé cette étude.

D’après mcetv, les chercheurs ont mené cette étude dans six pays africains (Ghana, Mali, Rwanda, Uganda, Malawi et Zimbabwe), en interrogeant plusieurs milliers de femmes mariées sur la date de leur dernier rapport sexuel, et sur la place qu’elles occupent au sein du foyer. D’après les femmes concernées, cette rareté dans les rapports sexuels n’est pas due au hasard, mais à un choix délibéré. Leur côté dominateur ne se transforme pas en pulsion sexuelle mais en choix sexuel : faire l’amour, c’est où elles veulent, quand elles veulent !

Il est donc très important de mieux comprendre comment la femme envisage son rapport au sexe : « Comprendre comment la position des femmes dans le foyer influence leur vie sexuelle est probablement très important pour la protection des droits sexuels des femmes, et pour les aider à avoir une vie sexuelle à la fois sûre et satisfaisante ». Le phénomène reste à vérifier dans d’autres pays où les femmes sont de plus en plus émancipées professionnellement et personnellement.