Le développement libidinal de l’enfant : la saga

Le-developpement-libidinal-periode-de-latence-sante-tunisie-pediatrie-psychanalise-1Arrivé à l’âge de 6-7 ans, l’enfant entame la quatrième période de son développement libidinal, appelée période de latence.

Cette période fait suite au complexe d’Œdipe du stade phallique et précède la puberté et l’adolescence, soit elle s’étend entre 7 et 12 ans.

 

La période de latence

 

Elle doit son nom « latence » au fait que l’enfant ne voit plus de nouvelles sources de stimulations sexuelles à l’horizon. En effet, après la bouche du stade oral, l’anus du stade anal et le pénis du stade phallique, il n’y aurait plus de nouvelles découvertes. Par conséquent, ses pulsions sexuelles sont mises en veilleuse.

On assiste, pendant cette période, à une organisation de la personnalité de l’enfant et à une réorientation de ses préoccupations. L’enfant va refouler et oublier la notion de zones érogènes et va détourner son attention vers d’autres activités qui sont valorisées telles que l’acquisition, le savoir, la culture, bref tout ce qui est en accord avec le monde extérieur.

L’enfant s’ouvre, ainsi, la porte à l’intégration dans la société et dans les collectivités pour se noyer dans ses valeurs et ses idéaux. Cette déviation de l’intérêt vers des objets démunis de tout caractère sexuel s’appelle la sublimation.

Les parents joueraient, consciemment ou inconsciemment, un rôle primordial dans le phénomène du refoulement. En offrant à leur enfant de la tendresse comme source affective en remplacement des conduites érotisées de l’enfant, les parents l’aident ainsi à dévier ses intérêts tout en maintenant en équilibre son développement pulsionnel. Par conséquent, c’est la raison qui accapare l’attention de l’enfant en remplacement du plaisir.

 

Par ailleurs, la notion du caractère amoureux envers le père/mère disparaît et l’enfant, en se débarrassant de son complexe d’Œdipe, vise à s’identifier aux parents et à posséder leurs attributs et attitudes tant enviés. L’entourage de l’enfant se peuple et il y a d’autres personnes, autres que les parents, qui prennent progressivement place dans sa vie. Il parvient, ainsi, à tisser des rapports amicaux et allégés, dénués de tout caractère agressif et pulsionnel.

 

Autre fait marquant de cette période, c’est la prise de connaissance par l’enfant de l’existence de ce phénomène étrange et douloureux qu’est « la mort ». La réalisation que la mort existe est la conséquence de la fine de l’Œdipe.

La période de latence, bien qu’il y ait un ralentissement affectif et psychique, est tout de même extrêmement riche en événements considérés comme des piliers dans l’organisation de la personnalité de l’enfant.

 

E.K.L