La sexualité diminue chez les femmes qui " portent la culotte "

Une étude menée par l’Université Johns Hopkins sur des femmes appartenant à 6 pays africains, révèle que dans un ménage : plus la femme « décide » moins les rapports sexuels dans le couple sont fréquents !

Le rapport peut varier, selon les résultats de l’étude, de 3 à 100 en fonction du pouvoir décisionnaire de Madame ! De fait, les conclusions mentionnent que ce seraient les femmes les plus habilitées à prendre des décisions familiales qui auraient la plus faible fréquence des relations sexuelles.

Pour parvenir à de tels résultats, les chercheurs auraient analysé des données représentatives à partir des enquêtes démographiques et de santé nationales faites au Rwanda, au Ghana, à Malawi, en Ouganda et au Zimbabwe. Les participants ont été interrogés quant au jour, semaine, mois ou année de leurs derniers rapports sexuels. Ils ont été appelés à indiquer la personne qui prend le plus les décisions au sein de la famille en d’autres termes, ils devaient dire : qui porte la culotte que ce soit concernant les achats, les rencontres, les soins…

Les facteurs sociodémographiques, notamment l’âge, le niveau de vie, la résidence du mari, l’égalité dans le couple et la durée du mariage ont été pris en considération. Il en est ressorti, toujours selon cette étude, que la plupart des variables  de ces facteurs sociodémographiques n’ont pas d’impact notoire sur la fréquence des relations sexuelles. En revanche, le pouvoir décisionnaire des femmes pourrait influer de 3 à 100 fois la fréquence des rapports sexuels ! Ceux-ci augmentent et diminuent en fonction du pouvoir de décision de la femme !

 

Toutefois, les chercheurs ont conclu que des études complémentaires sur d’autres pays sont nécessaires afin de confirmer ce constat.

 

Bibi