La frigidité féminine

On confond encore absence de désir, absence de plaisir et anorgasmie en parlant de frigidité féminine. La frigidité est, en réalité, un terme collé à tort à plusieurs femmes qui ne sont pas frigides ! De fait, une femme frigide n’est que celle qui est totalement incapable de ressentir du plaisir physique et émotionnel.

Définition

La frigidité ne désigne pas l’incapacité d’une femme à jouir ou son manque de plaisir ou de désir. Ce terme désigne proprement dit, toute femme victime d’une totale absence du moindre plaisir lors des relations sexuelles. Une femme frigide est celle qui lors de l’acte de la pénétration, ne ressent aucune sensations. Il arrive également, dans certains cas plus rares, que la personne frigide ne ressente ni plaisir ni arrive à jouir même par la masturbation.

Cette frigidité peut exister dès le début de la vie sexuelle, il s’agit donc d’une frigidité primaire ou totale. Elle peut aussi survenir plus tard, elle est dite secondaire ou partielle. La frigidité masculine existe, mais reste exceptionnelle et très rare, nous parlons donc exclusivement de la frigidité féminine.

Symptômes

De prime abord, la frigidité féminine est à ne pas confondre avec le vaginisme lorsque la pénétration est difficile ou impossible parce que les muscles pelviens se contractent involontairement. Elle n’est pas à confondre non plus avec la dyspareunie où les rapports sexuels sont douloureux.

Confondre la frigidité féminine et l’anorgasmie est un problème très répandu chez les femmes mais aussi chez les hommes. Les femmes ayant une anorgasmie ressentent du désir et du plaisir au moment de l’acte mais ne parviennent pas à la jouissance, elles ne sont donc pas frigides et elles parviennent souvent très facilement à jouir en se masturbant. En revanche, une femme frigide n’éprouve pas le moindre plaisir lors des relations sexuelles.

Les causes

Elles sont nombreuses, et peuvent être d’ordre psychologique ou physiologique.

  • Les causes physiologiques :

Ces dernières peuvent évoquer un problème d’une malformation ou d’un dysfonctionnement génital, de troubles hormonaux dus à un dérèglement hormonal ou à la prise de contraceptifs oraux (pilules), une prise d’antidépresseurs, de somnifères ou d’anxiolytique; comme elles peuvent évoquer certaines maladies  comme le diabète ou la sclérose en plaques.

  • Les causes psychologiques :

Un événement traumatisant durant l’enfance notamment un abus sexuel ou un viol, une éducation stricte qui a dévalorisé la sexualité, un manque de confiance en soi, voire une mauvaise image de soi, une maladresse ou une agressivité de la part du partenaire ou encore l’absence de sentiments pour son partenaire sexuel.

Diagnostic  et traitement:

On peut rechercher une diminution des taux d’œstrogènes, ou un excès de progestérone ou de prolactine dans le sang. Un examen médical est également capable de déceler une anomalie locale : infection, vagin double, rétrécissement de l’orifice vulvaire…

La frigidité peut aussi être passagère suite à une contraception, un viol, une IVG (Interruption Volontaire de Grossesse), une grossesse, une stérilité, une hystérectomie (chirurgie consistant à enlever l’utérus) ou la ménopause. Il est tout aussi important de vérifier s’il y a diabète, affections endocriniennes, cardio-vasculaires, infectieuses, toxiques (alcool, toxicomanie) ou médicamenteuses (psychotropes, anti-hypertenseurs).

Une fois la cause connue, elle sera traitée et la frigidité disparaitra graduellement une fois le problème physiologique réglé. Si la cause est psychologique (psychose, névrose, état dépressif), le problème en cause devra alors être traitée également. Et si les symptômes sexuels paraissent les seuls en cause, sans qu’il n’y ait maladie physique ou psychique, une thérapie sexuelle est proposée. Le traitement doit donc être adapté à l’origine du problème.

 

Bibi