Hormones et Humeur

Hormones-et-Humeur-sante-tunisieL’hypogonadisme, qu’il soit féminin ou masculin, signifie la production insuffisante d’hormones sexuelles. L’impact d’une telle chute hormonale sur l’humeur de la femme est encore largement controversé.

 

Dans ce contexte, des auteurs ont examiné les effets de l’hypogonadisme expérimental (induit) sur l’humeur, le sommeil, la fonction sexuelle, les bouffées de chaleur et la possibilité d’évolution vers la dépression.

Soixante douze participantes non encore ménopausées et âgées de 19 à 52 ans avaient été incluses dans ce travail. Elles étaient indemnes de toute pathologie, en particulier psychiatrique ou gynécologique. Ces femmes avaient reçu une injection de 3,75mg d’acétate de leuprolide par mois pendant 2-3 mois. L’acétate de leuprolide est une molécule qui entraîne une suppression des hormones avec des symptômes cliniques d’hypogonadisme, toutefois, ce tableau clinique et biologique est réversible après le traitement.

Les modifications affectives et comportementales avaient été évaluées grâce à un score : BDI (Beck Depression Inventory), plus le score était élevé, plus les troubles de l’humeur étaient marqués.

 

Chez 4 femmes (5,6%), le score avait dépassé 10. L’hypogonadisme était associé à un désintérêt total au sexe, à un sommeil perturbé et à des bouffées de chaleur nocturnes. Ces dernières étaient d’autant plus sévères que le sommeil était agité. Ceci dit, cette suppression à court terme des hormones sexuelles féminines n’avait pas engendré de symptômes dépressifs.

Cette étude a été publiée dans « American Journal of Psychiatry »

 

E.K.L