La dyslexie : un trouble révélé par le papier

dyslexie-sante-tunisieLa dyslexie est un terme qui signifie mot à mot le dysfonctionnement de la lexie ou du langage. Son apparition en tant qu’état pathologique avéré remonte à la deuxième moitié du 19ème siècle.

 

L’histoire de la dyslexie est partagée entre plusieurs praticiens. En effet, la découverte des aires cérébrales responsables de l’articulation et de la compréhension des mots revient au médecin français Paul Pierre Broca et au neurologue polonais Carl Wesnicke.  Par la suite et en 1881, le médecin allemand, Oswald Berkhan, qualifia la difficulté de la lecture chez les enfants de cécité verbale et six ans après, le terme « dyslexie » fût introduit par l’ophtalmologue Dr Rubin Berlin. L’analyse plus approfondie des troubles dyslexiques a été faite par le médecin irlandais Dr William Pringle Morgan.

 

Définition de la dyslexie

La dyslexie définit la difficulté, voire l’impossibilité, de lire et d’écrire. A titre d’exemple, le dyslexique tend à renverser, à inverser, à ignorer, à ajouter ou à transposer les lettres, exemples : dédé à la place de bébé, no à la place de on.

Le diagnostic est d’habitude posé quand la scolarité de l’enfant commence, c’est-à-dire vers l’âge de 6-7 ans. Bien entendu, les enfants dyslexiques ont un quotient intellectuel correct et des capacités non négligeables.

Certains enfants sont dyslexiques pour certaines lettres alors que d’autres le sont pour des mots ou des phrases entières ce qui peut aboutir, dans les cas les plus graves, à l’analphabétisme.

Les dyslexiques peuvent avoir un langage correct mais dès qu’il s’agit de lire ou d’écrire, c’est à ce moment que se manifeste le trouble. D’ailleurs, c’est l’une des raisons pourquoi le diagnostic se fait dès que l’enfant commence à fréquenter l’école.

 

A quoi est due la dyslexie ?

De plus en plus, des hypothèses concernant des lésions cérébrales, particulièrement au niveau du corps calleux (structure qui sert comme moyen d’union entre les deux hémisphères du cerveau) sont émises mais ce ne sont encore qu’au stade hypothétique.

A été également évoqué le problème de la dominance cérébrale, c’est-à-dire que les deux hémisphères cérébraux de l’enfant dyslexique sont en compétition, ce qui est anormal puisque toute personne normalement constituée possède un hémisphère dominant, que ce soit le droit ou le gauche.

 

Comment prendre en charge un dyslexique ?

La prise en charge repose surtout sur un système de pédagogie dont le but est de stimuler et de concentrer l’attention de l’enfant. Ce sont des méthodes qui reposent essentiellement sur des jeux avec les lettres afin d’apprendre à l’enfant à lire et à écrire correctement. Cette prise en charge est pluridisciplinaire entre neurologues, psychologues, orthophonistes…

L’essentiel c’est que les parents sachent que la dyslexie de leur enfant n’est pas un handicap et qu’ils ne devraient pas le rendre un tabou, mais bien au contraire, ils doivent y faire face pour ne pas finir en illettré.

N’oubliez pas aussi qu’Einstein, Léonard De Vinci, Edison et Tom Cruise sont dyslexiques.

 

E.K.L