De nouvelles recommandations pour mieux repérer les enfants autistes

De nouvelles recommandations pour mieux repérer les enfants autistes

La Haute Autorité de Santé en France a émis ce jour de nouvelles recommandations pour le dépistage précoce de l’autisme.

Il s’agit d’un parcours qui commence dès la crèche. Ainsi, en cas d’observation de signes ou de comportements suspects par les professionnels de la petite enfance et de l’enfance, l’enfant doit consulter un médecin dans les trois semaines. Si le praticien met en évidence des troubles du spectre de l’autisme, l’enfant devra être évalué par une équipe de spécialistes. Le but étant d’agir précocement car les conséquences, en cas de retard diagnostic, peuvent être lourdes sur l’apprentissage, la motricité, le langage et la sociabilité. Pour cette raison, les professionnels œuvrant dans les crèches doivent être attentifs au comportement de chaque enfant.

De son côté, le médecin traitant proposera sans attendre : des examens ORL et ophtalmologique, des bilans orthophoniques et du développement moteur pour une première évaluation des besoins de l’enfant, et si nécessaire de premières interventions de rééducation (orthophonie, kinésithérapie, psychomotricité….) et de socialisation de l’enfant (crèche, centre de loisirs) avec une demande de vigilance particulière des différents professionnels.

À ce jour, les enfants autistes sont diagnostiqués trop tardivement, en moyenne entre 3 et 5 ans alors qu’ils en sont atteints depuis l’âge de 1 et 2 ans. Les principaux signes qui doivent alerter sont l’absence de babillage à 8 mois, l’absence de signes sociaux (pointer du doigt, faire coucou…) à 12 mois et plus et l’absence de mots à 18 mois et plus.

 

D’après communiqué HAS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *