Les savons antibactériens : interdits de vente aux Etats-Unis

Savon antibactérien, gel antibactérien…des termes très attrayants mais surtout très « vendeurs ».  Mais ces produits aident-ils vraiment à minimiser le risque d’infection et à nous protéger de certaines maladies ?

Selon un rapport publié sur son site le 2 septembre dernier, la FDA (Food and Drug Administration) mentionne qu’à ce jour, il n’y a pas encore de preuves scientifiques suffisantes pouvant confirmer que le savon antibactérien serait plus efficace que l’association : savon ordinaire et eau pour ce qui est de la protection contre les maladies.  Il serait même question d’effets négatifs de ces produits sur la santé en cas d’utilisation intempestive à long terme.

En 2013, la FDA a appelé les fabricants à contribuer à prouver la sûreté de leurs produits notamment mais devant la non réponse de ces industriels, la FDA a émis récemment la décision d’interdire la vente des produits étiquetés comme antibactériens et qui contiennent particulièrement du triclosan et du triclocarban. Cette décision concerne uniquement les savons et les nettoyants pour le corps utilisés avec de l’eau mais pas les gels hydro alcooliques, les lingettes et les produits à usage hospitalier.

 

Comment le savon antibactérien peut être dangereux pour la santé ?

Ces savons, par rapport aux savons ordinaires, contiendraient du triclosan. Ce dernier est utilisé dans bon nombre de produits aussi bien ménagers, qu’industriels, cosmétiques et d’hygiène personnelle. Des études animales ont montré qu’il peut perturber l’action de certaines hormones, ce qui soulève des inquiétudes quant à l’effet de son utilisation pluriquotidienne chez l’homme. Il est aussi suspecté, d’après des études de laboratoire, d’être à l’origine de développement de résistances bactériennes. Chez la souris, le triclosan est capable d’altérer la réponse musculaire pour les muscles striés.

Le triclocarban est un probable perturbateur endocrinien en bouleversant l’action de la testostérone chez le rat.

Dr Theresa Michele, de la division des produits sans prescription de la FDA, a précisé que « nous ne disposons d’aucune donnée scientifique qui montre que ces produits assurent une surprotection contre les maladies et les infections par rapport à l’usage d’un savon ordinaire avec de l’eau. Si vous pensez qu’ils protègent mieux que les savons classiques, c’est faux et c’est une fausse sensation de sécurité qu’ils procurent. A quoi bon s’exposer ainsi que ses enfants à des produits chimiques inutiles ? ».

Dix neuf autres ingrédients considérés comme antibactériens sont sur la sellette. La FDA aura donné le délai d’une année pour que les fabricants concernés modifient les formules utilisées pour leurs produits, autrement c’est l’interdiction à la vente.

 

O.A