Potentiel antifongique du miel

Potentiel antifongique du miel

Les bienfaits du miel sur la santé, sont réputés depuis des millénaires.  L’un de ces bienfaits serait son potentiel antifongique.

En effet une jeune diplômée de l’Université de Manchester, à découvert un lien puissant entre un type de miel médical, et a destruction d’un champignon susceptible de provoquer la cécité, voire parfois la mort.

L’étudiante Zain Habib Alhindi, a utilisé différentes concentrations de « Surgihoney », un miel synthétisé biologiquement qui produit des molécules chimiquement réactives  contenant de l’oxygène, afin de tester sonl’efficacité à détruire le champignon Fusarium, qui se trouve sur les plantes et dans le sol   causant  parfois  des infections dévastatrices chez les personnes vulnérables.

Zain à découvert que même les plus faibles concentrations de ce miel  ont  un effet significatif dans la dégradation de la paroi cellulaire du champignon, ce qui démontre son potentiel comme  futur traitement pour les patients.

Elle a déclaré à ce propos que : « Les infections chroniques, telles que celles trouvées dans les blessures de longue durée, représentent environ 60-80 pour cent des maladies infectieuses chez l’homme, et la façon dont les champignons envahissent les blessures, dépend de l’utilisation d’antibiotiques à large spectre.

« Cependant, nous savons que les biofilms (de fines couches de groupements  de micro-organismes) contribuent à la gravité et au retard de cicatrisation des plaies chroniques.

« Avec mes recherches, je voulais démontrer le potentiel du miel comme agent de guérison qui perce ces biofilms et ce faisant, accroît le processus de cicatrisation. Ce que je trouve étonnant est le fait que le miel ait  réellement mieux fonctionné que certains antifongiques. »

Professeur Malcolm Richardson, professeur de mycologie médicale à l’Université de Manchester a ajouté: « Le miel a été utilisé depuis l’antiquité pour le traitement de plusieurs maladies mais seul un nombre limité d’enquêtes s’est penché sur son effet sur les champignons pathogènes.

« Les résultats  de cette étude ouvre une voie intéressante pour la poursuite des travaux sur l’utilisation du miel contre de nombreuses infections fongiques et permet aux chercheurs d’adopter différentes options de traitement d’autres  gammes d’infections superficielles. »

B.H.S