Le yogourt : le doute sur ses bienfaits 

Le yogourt : le doute sur ses bienfaits 

La majorité des recommandations diététiques pour une alimentation saine soutiennent la consommation de produits laitiers, dont le yaourt.

Pendant des années, divers chercheurs ont indiqué les bienfaits du yaourt (pris sur une base régulière), bien que son efficacité n’ait jamais été prouvée. En fait, jusqu’à présent, peu d’études ont examiné l’effet de la consommation de ce produit sur la santé.

Récemment des chercheurs espagnols, se sont intéressés à la relation entre la consommation de yaourt  et le « Health-related quality of life (HRQL) », la qualité de vie liée à la santé

« Health-related quality of life (HRQL) ») est un indicateur global de l’état de santé, qui englobe les caractéristiques physiques et mentales. Plusieurs mécanismes biologiques pourraient soutenir une association entre la consommation de yaourt et une meilleure HRQL.

Ils ont ainsi mené une étude prospective sur un échantillon de 4445 personnes âgées de 18 ans et plus qui ont été recrutées de 2008 à 2010 et suivies jusqu’en 2012. L’objectif étant d’analyser la relation entre  la consommation de yaourt  et le changement  des scores du « HRQL »  pendant cette période de deux ans et demi.

Ces scores  « HRQL » ont  été déterminés à partir des Résumés des Composants  physique et mental  de la version espagnole de l’Enquête sur la santé  intitulée « SF-12 ».

Les résultats d’analyse des données recueillies  ont montré que  par rapport aux non-consommateurs de yogourt, les scores moyens des composants  physiques chez les consommateurs habituels étaient similaires, soit  (β = 0,40; P = 0,20) chez les consommateurs de ≤ 6 portions / semaine et (β = 0,25; P = 0,45) chez les consommateurs de ≥1 portion / jour.

Une suggestion de la tendance vers un plus faible score du composant mental a été constaté chez les consommateurs quotidiens de yogourt (β = – 65; P = 0,09; p pour la tendance = 0,07 pour toutes les catégories).

Les résultats étaient également similaires à ceux enregistrés chez des personnes sans morbidité et chez des non-fumeurs.

En conclusion il a été  démontré qu’il n’y à pas de lien entre la consommation régulière de yogourt et l’amélioration du « HRQL » ou de l’état de santé. Les recherches ultérieures à ce sujet devraient utilisés des moyens et des outils plus spécifiques afin d’accroitre  la probabilité  de trouver des bienfaits potentiels dans  ce type d’aliment.

Les résultats de cette étude sont publiés dans « Journal of the Academy of Nutrition and Dietetics ».

 

B.H.S