Un nouveau traitement pour perdre du poids.

La FDA (Food and Drug Administration), l’agence américaine pour le contrôle des produits de santé, a donné son aval pour la commercialisation d’un nouveau traitement pour la perte du poids appelé « Belviq ».

Selon la FDA, ce médicament doit être associé à une hygiène de vie adéquate incluant un régime hypocalorique et une activité physique régulière.

Belviq sera prescrit chez les personnes ayant un BMI de plus de 30 ou chez ceux ayant un BMI dépassant 27 et atteints de maladies consécutives au surpoids comme l’hypertension artérielle (HTA), le diabète type 2 ou une hypercholestérolémie.

Ce médicament agit en activant un récepteur cérébral, laquelle activation aide le patient à manger moins et à se sentir rassasié après avoir mangé de petites quantités de nourritures.

Belviq a été évalué après trois essais cliniques qui avaient inclus près de 8000 individus obèses ou en surpoids avec ou sans diabète de type 2 et qui avaient traités pendant 52 à 104 semaines.

Comparativement au placebo, le traitement par le Belviq pour plus d’une année était associé à une perte moyenne de poids variant entre 3 et 3,7% du poids.

Près de 47% des patients non diabétiques avaient perdu au moins 5% de leurs poids initial par rapport à 23% de ceux qui avaient reçu le placebo. Parmi les personnes diabétiques de type 2, près de 38% sous Belviq avaient perdu 5% de leur poids initial par rapport à 16% sous placebo.

Des effets secondaires sérieux pourraient greffer l’utilisation de cette médication dont notamment le « Syndrome de la sérotonine » qui consiste à un groupe de symptômes relatifs à l’excès de sérotonine. Cette dernière est un neurotransmetteur dans le système nerveux central. Belviq est aussi capable de provoquer des troubles de l’attention et de la mémoire.

Parmi les effets secondaires plus fréquents et moins graves sont les maux de tête, la fatigue, les nausées, la constipation et la sécheresse buccale.

 

E.K.L