Un appétit d’ogre en cas d’insomnie

2338996Un appétit d’ogre en cas d’insomnie

 

Les personnes qui dorment mal la nuit seraient plus sujettes à manger plus. Ceci est le constat de l’étude de l’équipe de Matthew Walker à l’Université de Californie à Berkeley.

 

Ce travail a porté sur une analyse fine de l’activité cérébrale qui contrôle l’appétit chez 23 personnes qui souffrent d’insomnie.

Une IRM a été réalisée pour chacun de ses candidats afin d’étudier l’activité du cerveau après une bonne nuit de sommeil et après une nuit agitée.

Le manque de sommeil réduit l’activité dans trois aires du cerveau, impliquées entre autres, dans l’odorat et le goût. En revanche, une augmentation de l’activité des amygdales cérébelleuses a été notée, ce qui nourrit l’appétit de ces personnes pour les aliments riches en calories.

 

Bien que le mécanisme de cette vulnérabilité accrue aux aliments chez les insomniaques soit encore flou, cette étude attire l’attention, tout de même, sur l’importance que revêt une hygiène de vie correcte dont des heures de sommeil suffisantes pour combattre de telles dérives alimentaires.

 

E.K.L