Sous le thème « Changing Diabetes », le laboratoire Novo Nordisk continue son combat contre le diabète

laboratoire-Novo-Nordisk-diabete-sante5Devenue une tradition annuelle, la conférence de presse organisée par le laboratoire Novo Nordisk s’est tenue, cette année, le 8 novembre à l’hôtel Golden Tulipe El Mechtel.

Cette conférence de presse étant le début de tout un programme réalisé dans le cadre de la journée mondiale du diabète, qui sera célébrée le 14 novembre.

La journée mondiale du diabète a été lancée en 1991 à l’initiative de la Fédération Internationale du Diabète et avec le soutien de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). La journée mondiale du diabète demeure la principale campagne internationale dédiée à cette maladie, convertie plutôt en une épidémie qui évolue en silence.

La nécessité d’un programme de prévention contre le diabète se fait de plus en plus sentir et cela, dès le plus jeune âge, car à en croire les données épidémiologiques mondiales concernant cette maladie, il y a de quoi avoir froid dans le dos. En effet, toutes les 2 secondes à travers le globe, deux personnes deviennent diabétiques. A ce jour, on compte 371 millions de diabétiques, un chiffre qui grimpera à 500 millions en 2030.

Cette conférence a réuni d’éminents spécialistes en endocrinologie et nutrition que sont Pr Koussay El Ach, Pr Leila Allouane, Pr Samira Blouza et Pr nejib Ben Abdallah. La session a été animée par Mme Awatef Dali.

Pour un état des lieux plus détaillé, le Pr Koussay El Ach, professeur d’endocrinologie à l’hôpital Farhat Hached et Président de la Société Tunisienne d’Endocrinologie, a dit que le « problème de la prise en charge du diabète ne réside plus dans les médicaments car la Tunisie possède l’arsenal thérapeutique antidiabétique existant dans le monde mais c’est le dépistage, l’éducation et la politique de la sensibilisation qui sont insuffisants, voire inexistants. Il faut, tout de même, savoir que seuls 15-20% des diabétiques sont bien équilibrés en Tunisie. D’autre part, on peut dire qu’avant on n’avait pas assez de médicaments ce qui nous amenait à traiter les complications du diabète, maintenant que les traitements existent, on se heurte encore au problème de leur coût et de leurs prix un peu trop élevés ».

Dans ce contexte, Pr Néjib Ben Abdallah, chef de service d’endocrinologie à l’hôpital Charles Nicolle et président de l’amicale des diabétologues de Tunisie, a pris la parole en disant que « si le patient ne se surveille pas correctement, ceci est, entre autres, du à la mauvaise politique du remboursement de la caisse de l’assurance maladie ».

Outre le problème financier, Pr Samira Blouza, chef de service de nutrition à l’Institut National de Nutrition (I.N.N), a abordé le sujet du grand fléau du moment qu’est l’obésité et son étroit rapport avec le diabète « si auparavant, le diabète de type 2, appelé aussi diabète gras, était l’apanage des adultes et des sujets âgés, ce type de diabète se voit envahir, depuis peu,  des tranches d’âge plus jeunes et même les enfants et cela, à cause de l’excès de poids et de l’obésité qui se développe de plus en plus chez ces derniers. La solution est, on ne peut plus simple, réduire le poids pour prévenir le diabète. Cette prévention est désormais possible et se doit de commencer dès la période in-utéro et par l’encouragement de l’allaitement maternel ».

De son côté, Pr Leila Allouane, chef de service de nutrition à l’I.N.N, a insisté sur « l’importance de l’association d’un régime alimentaire équilibré et de l’exercice physique régulier et ce, dès le plus jeune âge. Pour faire plus simple, la notion de bonne alimentation repose sur le principe des portions, ainsi toute personne mangera la quantité d’aliments qui peut être prise dans le poing, cette quantité est forcément adaptée à chaque statut et à chaque gabarit. Cette nouvelle méthode entre dans le cadre de toute une stratégie de lutte contre l’obésité, une stratégie élaborée par l’I.N.N ».

En parlant de programme, Pr Koussay a ajouté qu’ « en réalité, la nouvelle tendance pour la prise en charge du diabétique repose sur le diabétique lui même, ce principal acteur qui ne devrait plus être mis à l’écart mais plutôt incorporé en plein milieu de la recette anti-diabétique ».

Cette conférence de presse était le début de tout un programme établi par le laboratoire Novo Nordisk dans le cadre de l’éducation et de la prévention du diabète. Ainsi :

A Tunis

Le 9 et 10 novembre, un tournoi de foot pour enfants diabétiques en partenariat avec l’amicale des diabétologues de Tunisie à l’espace Galaxy à Tunis avec la présence de Zied Tlemsani.

Le 14-15 novembre sera organisée une campagne de dépistage, éducation et consultations médicales en face de la piscine de la Cité Olympique de 9h du matin à 17h.

Le 16 novembre, une marche contre le diabète à partir de 10h au parcours de santé de la Cité Olympique.

A Sousse

Le 17 novembre, une séance d’éducation nutritionnell
e avec les diabétiques de type 1 et leurs parents au centre culturel de Sousse avec Mme Hanen Zendah à partir de 10h du matin.

A Sfax

A la date du 14 novembre, une campagne de dépistage, éducation et consultations médicales à Bab jebli en face de l’hôpital Hédi Chaker à partir de 9h.

Le 15 et 16 novembre : une campagne de dépistage, éducation et consultations médicales à Bab Diwan à partir de 9h.

Le 16 novembre, une journée porte ouverte à la salle des fêtes municipales à 15h.

Le 17 novembre, un tournoi de foot à partir de 10h du matin à l’espace Miami Route Sidi Mansour avec la présence de Mer Hamadi Aguerbi, Mokhtar Dhouib et Ezzedine Chakroun.

A Gabès

Le 14 novembre, une séance de dépistage et d’éducation pour les enfants diabétiques près du lycée Farhat Hached à partir de 9h.

A Djerba

Le 14 novembre, une journée de dépistage, d’éducation et de consultations médicales à Houmet Souk à partir de 9h.

 

E.K.L

 

laboratoire-Novo-Nordisk-diabete-sante3laboratoire-Novo-Nordisk-diabete-sante7laboratoire-Novo-Nordisk-diabete-sante8