L’oméga 3 : efficace ou pas ? telle est la question

« L’oméga 3 aide à prévenir les accidents cardiovasculaires » est une phrase qu’on ne cesse d’entendre et de voir partout, d’autant plus que maintes études scientifiques avaient montré le bénéfice d’un tel acide gras sur les vaisseaux et le cœur.

Récemment une nouvelle étude a montré que l’oméga 3 serait sans bénéfice chez les personnes à haut risque cardiovasculaire mais n’ayant pas été victime d’un infarctus du myocarde (IDM).

Un total de 12,513 patients ont été inclus dans ce travail. Ces patients ont été suivis par une chaîne de 860 médecins en Italie. Deux groupes de malades ont été constitués dont un premier de 6244 mis sous oméga 3 et un deuxième de 6269 sous placebo. Ces patients, femmes et hommes, avaient de multiples facteurs cardiovasculaires mais n’avaient jamais eu d’IDM

Au bout d’une période moyenne de suivi de 5 ans, 1478 personnes, soit 11,8%, avaient eu un IDM. Parmi ces 1478 patients, 733 (11,7%) étaient sous oméga 3 et 745 (11,9%) étaient sous placebo.

Cent quarante deux patients du groupe oméga 3 sont décédés contre 137 du groupe placebo. Ce décès était d’origine cardiovasculaire. Pour ce qui est de la mort subite, cette dernière a été rapportée chez 49 patients sous oméga 3 et 40 du groupe placebo. Il n’a pas été noté de différence statistiquement significative entre les patients des deux groupes pour ce qui est des décès de cause non cardiovasculaire et pour ce qui du nombre des admissions à l’hôpital. En revanche, les admissions pour problème d’insuffisance cardiaque ont été significativement inférieures dans le groupe oméga 3 que dans le groupe contrôle (respectivement 96 contre 142).

Cette étude, qu’on retrouve dans la prestigieuse revue scientifique « New England Journal of Medicine » conclut à l’absence de bénéfice de l’oméga 3 qui ne réduit en rien le risque de décéder par cause cardiovasculaire.

E.K.L