Les oligoéléments ou « éléments traces »

oligoelments-sante-tunisieTout le monde entend parler des oligoéléments mais beaucoup moins savent ce que c’est. Ces produits sont devenus même un réel argument de vente de certains produits alimentaires dont notamment les céréales et les eaux de boisson et plus récemment des produits de soin pour visage et corps. Pourquoi autant d’intérêt pour des éléments considérés comme, leur nom l’indique, « oligo » ou « peu » ?

 

Un peu d’histoire

 

La révélation des oligo-éléments  a eu lieu vers la fin du 19ème siècle à L’Institut Pasteur de Paris. Par la suite, la mise en évidence des conséquences de la carence en oligo-éléments chez certains animaux d’élevage a permis de cerner de mieux en mieux le rôle de ces éléments. Ce sont encore ces derniers qui étaient à l’origine de l’établissement des bases de la médecine fonctionnelle dont le but est la correction des déséquilibres métaboliques.

 

Qu’est ce que les oligoéléments ?

 

Les oligoéléments font partie de la famille des minéraux. Ils sont présents chez l’homme mais en quantité infime, car pour pouvoir parler d’oligoélément, la concentration de ce dernier dans les liquides biologiques ne doit pas dépasser 1mg/l.

 

Bien qu’ils soient présents à l’état de traces, aussi bien leur carence que leur excès pourrait être dangereuse voire létale pour l’homme. Pour cette raison, leur concentration se doit d’être peu variable pour accomplir au mieux leur fonction.

 

Ils jouent le rôle de catalyseurs (déclencheur et activateur) des différentes réactions biologiques de l’organisme pour contribuer à l’équilibre physiologique du corps humain. Ainsi, ils interviennent comme cofacteurs des enzymes, dans la constitution et transmission des signaux hormonaux, dans le bon fonctionnement du système immunitaire et ils ont également un rôle

 

Le cuivre, le fer, le chrome, le zinc, l’iode, le manganèse, le molybdène, le fluor et le sélénium sont les principaux oligo-éléments dont le corps humain a besoin.

Le fer est le principal composant de l’hémoglobine qui achemine l’oxygène aux cellules et les débarrasse de leur dioxyde de carbone.

 

Le cuivre est un antistress par excellence. Il intervient aussi dans le métabolisme des lipides et dans l’absorption du fer.

L’iode est le pilier dans la synthèse des hormones thyroïdiennes. C’est sa carence qui entraîne le goitre.

 

La croissance des os et des dents est favorisée par l’apport en fluor et en manganèse. Alors que le sélénium protège les membranes cellulaires et renforce les défenses immunitaires.

 

Le zinc est un puissant anti-cicatrisant, le chrome, quant à lui, régule les taux sanguins du glucose et du cholestérol et le molybdène aide à débarrasser l’organisme de ses toxines.

 

Une alimentation variée dont les céréales complètes, le pain, les fruits, les légumes frais, la viande, le foie, les poissons, le jaune d’œuf, le chocolat, le sel de table (pour l’iode)…. assurerait un apport des besoins quotidiens en oligoéléments. Cependant, en cas de carence clairement diagnostiquée, une supplémentation est toujours possible grâce aux produits complémentaires vendus en pharmacie.

 

Sachez toutefois que les oligoéléments aident le corps à se rétablir et la personne à se sentir mieux mais n’ont aucunement la prétention de guérir ou de traiter une quelconque maladie.

 

E.K.L