Les cacahuètes, diminuent les risques de maladies cardiovasculaires

Une équipe de chercheurs du département nutritionnel de la «  Pennsylvania State University »   a  évalué les fonctions vasculaires après un repas riche en graisses, et a constaté qu’en incluant de la cacahuète à ce type de  repas    il se produit une  amélioration de  la réponse des triglycérides postprandiales ainsi que la préservation de la fonction endothéliale.

15 hommes obèses ont été randomisés en groupe ayant pris soit  un repas énergétique et riche en macronutriments  contenant 3 onces (environ 29 g)  de cacahuètes ou bien  pour le groupe de contrôle, le même repas mais sans cacahuètes. 

Les taux de  lipides, du glucose et de l’insuline ont été mesurés cinq fois après chaque repas. La Dilatation médiée par le flux (DMF) a été mesurée pour évaluer la fonction vasculaire. Cette méthode non invasive, pour limiter le flux sanguin a nécessite le recours à une manchette à l’avant-bras, qui est ensuite libéré pour évaluer la dilatation de l’artère brachiale.

Le repas de contrôle a diminué de 1.2 pour cent la DMF par rapport à la valeur normale, en revanche il n y avait pas de réduction de la DMF après le repas contenant des cacahuètes.

Ces résultats démontrent que le repas contenant des cacahuètes maintient la fonction vasculaire normale alors que le repas témoin riche en graisses et sans cacahuètes altère la fonction vasculaire aiguë.

Le dysfonctionnement  vasculaire joue un rôle majeur dans le développement de l’athérosclérose, la formation de plaques et de lésions coronaires lesquelles causent les maladies coronariennes.

Généralement, après un repas riche en graisses, la fonction vasculaire est réduite, plutôt temporairement, jusqu’à ce que la graisse qui se trouve dans le sang disparaisse.

Ainsi toute  stratégie visant à  émousser cette réponse à la fois aux  graisses alimentaires et à leurs effets sur le fonctionnement  vasculaire pourrait  diminuer le risque de maladies coronariennes.

Les résultats de cette étude ont  démontré, que la consommation d’arachide  comprise dans des repas riches en graisses, est  athéro protectrice.

B.H.S