L’allergie à l’œuf : quels sont les facteurs prédicateurs ?

Comment prédire qu’un bébé sera allergique à l’œuf ? En effet, selon une étude australienne publiée dans « Allergy », nombreux sont les facteurs qui aideraient à identifier la population de bébés la plus à risque de développer une telle allergie.

Lors des consultations pour vaccination, 5276 nourrissons âgés de 11 à 15 mois ont été sélectionnés pour participer à ce travail dont le but était d’établir les facteurs de risque d’allergie à l’œuf.

Au bout d’une panoplie d’interrogatoire et d’examens, 443 nourrissons ont été étiquetés comme étant allergiques à l’œuf.

Certains facteurs tels que la prématurité, le tabagisme maternel pendant la grossesse, le sexe féminin, l’existence de frères et de sœurs plus âgés et la compagnie d’animaux domestiques comme le chat ou le chien étaient associés à un risque diminué de l’allergie à l’œuf. Tandis que le fait d’avoir  des antécédents familiaux (chez l’un des parents ou dans la fratrie) d’asthme, de rhume des foins ou d’eczéma augmentait ce risque, tout comme les enfants ayant l’un de leurs parents nés dans l’est asiatique.

Si l’antécédent d’un eczéma dans la famille est parfaitement compréhensible, reste à élucider le mystère qui règne sur la dualité allergie à l’œuf/Asie de l’est.

 

E.K.L