Racine postérieur du ménisque médial

Les sont des ligaments (constitués de tissus conjonctifs) en forme de disque situés entre les surfaces articulaires du fémur et du tibia. Ils ont plusieurs fonctions dont celles de repartir la charge, de freiner et d’amortir les chocs au niveau du genou.

Parmi eux le ménisque médial qui est l’un des ligaments les plus importants de la jambe assurant notamment la stabilité de l’articulation du genou. C’est l’une des zones le plus fréquemment blessées et les plus difficiles à guérir complètement.

Une nouvelle étude, réalisée par des chercheurs de « the Rothman institut d’orthopédie » de philadelphie vient d’être présentée au « specialty Day meeting » de « l’American Orthopaedic Society forménisques  Sports Medicine (AOSSM) ».

Le but de cette étude était d’évaluer, par IRM à haute résolution, la guérison biologique de lésions de ménisque et de corréler ses données avec les résultats cliniques.

Neuf patients, 4 femmes et 5 hommes, ont été identifiés comme ayant subi une réparation de la racine médiale du ménisque par le biais d’une technique chirurgicale.

Les résultats ont été déterminés en utilisant les scores Lysholm et WOMAC, la qualité de guérison du ménisque a été évaluée en utilisant un 3 Tesla IRM et la durée moyenne du suivi était de 30 mois

L’IRM a démontré une nouvelle déchirure médial par rapport à celle réparée préalablement chez 4 patients sur 9. 4 patients ont démontré une récurrence de déchirure ou l’absence de guérison biologique (de la fixation de pied).

Chez les patients atteints de lésions récurrentes de la racine, l’extrusion du ménisque était en moyenne de 1,5 mm. Chez les patients présentant des signes de guérison, l‘extrusion était de 1,0 mm.

Les scores moyens de réparation WOMAC et Lysholm étaient respectivement de 11,2 et 81,6. Sans qu’il y ait de corrélation entre eux et les résultats cliniques.

4 parmi les 9 patients ont eu une déchirure récurrente de la racine du ménisque. Il y avait une augmentation des lésions des ménisques périphériques en dehors de celles en réparation chez les 4/9 patients, indiquant un excès de stress induit par la dite réparation.

La Réparation réussie et la guérison ont été associées à une réduction de l’extrusion du ménisque; Toutefois, ceci ne corrèle pas avec les scores de résultats fonctionnels, ce qui indique que la guérison biologique n’est pas préalable à de bons résultats cliniques.

B.H.S