La liposuccion est-elle suffisante pour se débarrasser de la graisse ?

La liposuccion est considérée comme étant l’intervention la plus fréquente en matière de chirurgie esthétique.

Selon une étude brésilienne parue dans la revue « The Journal of Clinical Endocrinology and Metabolism », cette méthode, à elle seule, ne suffirait pas à chasser définitivement la graisse enlevée, une activité physique accompagnatrice est impérative afin d’éviter qu’il n’y ait réapparition et surtout une mauvaise redistribution corporelle de ces cellules graisseuses menaçant ainsi la santé d’une façon bien plus importante qu’avant l’intervention.

Cette étude a fait appel à 36 jeunes femmes âgées de 20 à 35 ans, pratiquants une activité physique irrégulièrement et volontaires pour une liposuccion bien qu’elles ne soient pas en surpoids.

Quatre mois après la chirurgie, près de la moitié des participantes qui avaient, sans le vouloir, arrêté complètement leur activité physique s’est vue regagner sa graisse, particulièrement autour des viscères.

L’autre moitié des opérées, qui avaient conservé une activité de marche ou de jogging trois fois par semaine pendant un peu plus d’une demi-heure, n’avaient pas eu à subir de tels effets indésirables.

Les jeunes femmes dont l’activité physique était irrégulière avaient repris un peu de tissu graisseux essentiellement en sous-cutané et pas autour des organes.

Il a été clairement démontré sur les souris obèses de laboratoire qu’une liposuccion était fréquemment suivie de la reconstitution de la graisse quelques mois ou une année après l’acte chirurgical mais pas dans l’endroit d’où elle a été enlevée. Cette « nouvelle » graisse avait plus tendance à se former et à s’accumuler autour des organes et non plus en « sous cutané ». Cette armature viscérale graisseuse a longtemps été considérée par les scientifiques comme étant bien plus dangereuse pour la santé que la graisse sous-cutanée car elle augmenteraient les risques d’infarctus cardiaque et de diabète.

Les mécanismes de cette réorganisation profonde des cellules graisseuses n’est encore pas élucidée. D’après Fabiana Benatti, chercheur à l’université de Sao Paulo et auteur principal de l’étude « La liposuccion consiste en une destruction de l’architecture de la graisse sous-cutanée, par conséquent, en voulant se réorganiser, ces cellules sont canalisées autrement et s’orientent plutôt vers le pourtour des viscères. D’autant plus que les cellules graisseuses péri-organiques ont de grandes capacités à capter les composants gras de la circulation sanguine, ce qui les augmente en nombre et en taille »

La leçon est toutefois claire, si vous croyez qu’en faisant une liposuccion, vous échappez au sport alors détrompez-vous, ces données incitent à pratiquer régulièrement une activité physique pour renforcer les résultats de cette opération à long terme et surtout pour protéger votre santé.

 

E.K.L