Pas de temps pour le sport ? Prenez une pilule

Plusieurs chercheurs et scientifiques continuent à œuvrer pour explorer en détails les bienfaits de l’activité physique, afin de recueillir plus d’informations quant à ses effets sur le métabolisme, sur la circulation sanguine et l’amélioration du fonctionnement de certains organes (cœur, cerveau et foie).

Ces chercheurs espèrent pouvoir, avec des connaissances plus approfondies, être mieux équipés pour développer ce qui a été désigné par  «pilules de l’exercice» et qui  procureraient  au corps humain au moins, quelques-uns des effets bénéfiques de l’exercice physique.

A ce propos, une analyse parue au « Trends in Pharmacological Sciences »pose prudemment la question sur l’impact thérapeutique potentiel de ces pilules dans un futur proche.

Ismail Laher, du département de pharmacologie de l’université de British Columbia à Vancouver a déclaré sur ce sujet qu’ils ont reconnu la nécessité « des pilules de l’exercice » depuis un certain temps, et que c’est un objectif réalisable sur la base de l’amélioration de la compréhension des cibles moléculaires de l’exercice physique.

D’ailleurs, plusieurs laboratoires sont en train de développer « des pilules de l’exercice », qui à ce stade précoce, sont testées sur des animaux, et ciblent principalement la performance du muscle squelettique pour améliorer la force et l’utilisation de l’énergie, permettant ainsi essentiellement d’avoir des muscles plus forts.

Mais bien sûr, l’éventail des bienfaits de l’exercice physiques est de loin plus large que son unique effet sur les muscles.

« Il  est clair qu’en plus des sensations de bien être, les personnes pratiquant une activité physique profitent d’autres bienfaits tels que l’augmentation de la fonction cognitive, des os plus forts, et l’amélioration de la fonction cardiovasculaire. » dit Laher. « Il est irréaliste de penser que « les pilules de l’exercice » seront pleinement en mesure de se substituer à l’exercice physique, ou du moins pas dans un avenir immédiat ».

« Bien que « les pilules de l’exercice » puissent en général fournir éventuellement  certains bienfaits, elles pourraient être particulièrement utiles aux personnes incapables, pour plusieurs raisons, de pratiquer une activité physique, comme celles qui sont atteintes de lésion de la moelle épinière, étant donné les difficultés qu’ elles rencontrent dans l’exercice en raison de leur  paralysie ; Chez de tels  patients, des changements néfastes se produisent dans les fonctions  cardiovasculaire et musculaire. » explique Laher.

Enfin, ce nouveau domaine de recherche est à sa phase préliminaire. Beaucoup plus de recherches sont encore nécessaires pour comprendre, entre autres, pleinement les effets secondaires « des pilules de l’exercice », et pour  déterminer  leurs  dosages  optimaux.

B.H.S