Footing : Que de bienfaits, mais prudence quand même !

En effet, quelqu’un qui est resté longtemps sans faire du sport est appelé à faire attention avant de pratiquer le footing et à suivre certaines consignes afin d’éviter les éventuels tracas d’ordre physique dont notamment les entorses de la cheville et les contractions musculaires sans parler de la forte transpiration du corps.

Le footing se fait généralement, très tôt le matin avant d’entamer la journée de travail, ou bien à la tombée de la nuit, en rentrant du boulot et avant le dîner. Quant à la durée de cette « trotte », elle varie selon les personnes, leur résistance et endurance physiques et leur temps libre. L’essentiel est de respecter un intervalle de deux heures, au minimum entre le footing et le dernier repas pris.

Les spécialistes conseillent un idéal d’un rythme de trois à quatre fois par semaine. Mais encore faut-il privilégier la fréquence que la durée d’une seule séance. Vaut mieux, effectivement, par exemple, faire deux footings de 20 minutes chacun dans la semaine qu’un seul de 40 minutes en une seule séance.

Si on est resté plus de trois mois sans faire d’effort physique ou si on a dépassé la quarantaine, il faudra, alors, être prudent et procéder d’une manière progressive, et pourquoi pas prendre l’avis d’un médecin.

Des conseils pratiques tout de même : s’étirer après chaque footing, ne pas courir trop tard la nuit afin de ne pas perturber son sommeil, prendre un bon repas équilibré et s’hydrater après chaque footing. Sans oublier qu’il faut courir lentement, en appuyant sur les talons et non pas sur les pointes des pieds, sans jamais forcer la dose, tout en veillant à bien choisir ses chaussures.

Une dernière remarque. A peine quelques semaines après une pratique régulière du footing, la différence sera remarquée alors que les graisses de trop commenceront à fondre au bout de trois environ. Alors qu’attendez-vous pour entamer votre footing ? A vos marques, partez !…

 

M.B.H