Résultats des travaux de la commission ad hoc « audit du secteur de la Biologie clinique »

La commission ad hoc « audit du secteur de la Biologie clinique », créée le 04 avril 2014, a été chargée par le ministre de la santé d’ « assurer un suivi adéquat du secteur de la biologie clinique et de veiller à son développement ».

Cette commission présidée par le Pr Chédlia Fendri et qui compte 12 membres viens récemment de présenter ses conclusions.

Concernant la première thématique qui est l’approche de mise à niveau des laboratoires publics d’analyses médicales, un défi prioritaire pour la santé publique, une étape préliminaire a permis de dresser une cartographie de la biologie dans certaines régions de l’intérieur dans le but d’avoir une vision sur le plan de l’automatisation et du nombre de personnel qualifié. Plusieurs lacunes ont été constatées, comme le manque de réactifs et les quantités insuffisantes de matériels, surtout dues au manque de budget réservé aux laboratoires au sein des hôpitaux qu’ils soient universitaires ou non en plus de la lourdeur d’un système administratif inefficace. Ajouté à cela, on peut citer l’aggravation du déficit budgétaire hospitalier, un recrutement insuffisant, les grèves à répétition et la démotivation du personnel et enfin le laisser aller au niveau des sanctions administratives et dans la gestion des congés.

Une deuxième thématique s’est intéressée au projet de mise en place des normes de fonctionnement des laboratoires d’analyses. En effet, et aussi étrange que cela puisse paraitre, les référentiels des laboratoires de biologie médicale sont encore à l’état de projet depuis 2003. La commission s’est surtout occupée de la mise à jour des normes relatives aux laboratoires de biologie médicale dans les CHU, vu que des textes relatifs aux normes des laboratoires de biologie médicale en général, des laboratoires des structures privées (biologie médicale humaine, cytogénétique et vétérinaire) et des laboratoires des structures publiques (première ligne, Hôpitaux régionaux, Centre de Santé de Base CSB et Groupements de Santé de Base GSB) ont déjà été revus et validés par la Commission Technique de Biologie Médicale (coordonnée par Mme Ghariani de l’Université Libre de Bruxelles).

La création de laboratoires de référence en Tunisie fait partie du troisième projet de cette commission. En effet, ces laboratoires spécialisés permettront d’éviter les erreurs de diagnostic dans les cas de pathologies rares ou complexes ainsi qu’une meilleure surveillance des pathologies par l’implication d’une équipe expérimentée pluridisciplinaire.

Enfin le quatrième et dernier projet, à savoir une modification du B hospitalier public qui n’a pas évolué depuis 1996 contrairement au secteur privé, remis à jour il y a quelques mois.

Pour plus d’informations vous pouvez consulter le site officiel du Ministère de la Santé.

K.L