Quand on croule sous les ordures !

sante-tunisie-ordureQuand on croule sous les ordures !

On ne parlera pas des déchets nucléaires, agricoles ou industriels mais on va aborder la question toute simple de l’impact des ordures ménagères sur la santé,

C’est le cliché banal d’une personne qui sort de chez elle, ce sac noir bien noué, dans le meilleur des cas (car il y a bon nombre de personnes qui utilisent des sacs non conformes) et qui va le jeter dans la poubelle du quartier. Jusqu’ici, quoi de plus normal et surtout de plus civique car ce geste sous entend que ce sac, avec bien d’autres, va être ramassé tous les soirs par les services spéciaux de la municipalité pour être ensuite acheminé vers la décharge ou déchetterie et qui est habituellement située loin des grandes habitations.

Et si la poubelle n’est pas vidée ?

Dans ce cas, place à l’accumulation des ordures ménagères et, par conséquent, à la nuisance esthétique mais surtout aux épidémies.

Par définition, les ordures ménagères regroupent tout ce qui est issu de l’activité domestique et économique quotidienne de la maison et qui est destiné à être jeté. Il peut s’agir de restes alimentaires, de cartons, de flacons et de bouteilles vides, d’encombrants. Il existe aussi des produits plus dangereux comme les huiles des voitures, des batteries, des piles, des médicaments périmés…

C’est en fonction des substances présentes dans ces ordures que l’impact sur la santé est différent. Ainsi, des matériaux coupants, des substances toxiques ou combustibles peuvent être d’un danger imminent surtout en s’accumulant. Pour ce qui est de l’assemblage et de l’encombrement des restes alimentaires, ces derniers deviendront un nid à microbes qui prolifèrent, une aire pour le bien être des rats, mouches et moustiques qui serviront à disséminer des parasites à l’origine de maladies telles que le choléra, la fièvre typhoïde, le paludisme et même la peste. De plus, la putréfaction des denrées alimentaires dégage des odeurs nauséabondes et des substances toxiques capables d’entraîner des allergies et des problèmes de santé au niveau de la sphère O.R.L et du tractus pulmonaire.

Le problème c’est que ces déchetteries avec tout ce qu’elles peuvent contenir comme produits toxiques peuvent, selon certaines études dont une publiée en 2006 dans la revue « American Journal of Epidemiology », entraîner des conséquences graves sur la santé pour les habitants d’à côté comme des nouveau-nés de faible poids de naissance, un retard de croissance intra-utérin ou encore des malformations congénitales. Dans cette étude, les produits incriminés étaient surtout l’arsenic, le plomb, le méthylmercure et les hydrocarbures de pétrole. Ces matériaux peuvent se retrouver facilement dans nos poubelles puisque ces dernières collectent toutes sortes de déchets, comme les batteries, certains produits chimiques et même les médicaments périmés alors que tels éléments devraient faire partie d’un circuit bien particulier d’élimination.

En attendant que les réservoirs pour piles usées reviennent dans nos supermarchés comme quand on était petit et que des mesures radicales et efficaces soient prises pour nettoyer notre environnement, on souhaite qu’on n’aura pas à payer le prix fort de notre santé et de celle de nos enfants.

E.K.L