Le XVIII ème congrès de la Société Tunisienne des Maladies Respiratoires et d’Allergologie : Quoi de neuf ?

congres-Societe-Tunisienne-Maladies-Respiratoires-Allergologie (1)Au début du mois de décembre s’est tenu le congrès annuel de la Société Tunisienne des Maladies Respiratoires et d’Allergologie (STMRA) dans son XVIIIème édition et cela, conjointement avec le XVème congrès de la fédération maghrébine des maladies respiratoires.

Pour la petite histoire, la STPP (Société Tunisienne de Pneumo-Phtysiologie) avait été fondée en avril 1970 et ces principaux fondateurs sont Dr Gharbi, Dr Laffont, Dr Ben Salah et Dr Azzouz qui était le président de la société à cette époque. En avril 2002, la STPP devient la STMR (Société Tunisienne des Maladies Respiratoires). Sept ans après, soit en 2009, la STMR devient à son tour la STMRA.

 

 

Durant le dernier congrès de la STMRA, les principaux thèmes abordés avaient traité de l’association de l’obésité et des maladies respiratoires dont le SAOS (syndrome d’apnée obstructive du sommeil), la tuberculose extra pulmonaire, le cancer broncho-pulmonaire et la BPCO, de l’asthme et de la pneumopédiatrie.

D’après Pr Tritar-Cherif Fatma, chef de service de pneumologie-allergologie pavillon « C » à l’hôpital de pneumologie de l’Ariana et secrétaire général de la STMRA, le taux de participation était de près de 400 inscrits avec une trentaine d’exposants entre laboratoires et sociétés de services. Des congressistes libyens, algériens, marocains, français, canadiens, libanais et mauritaniens étaient présents.

La tuberculose extra-pulmonaire avait meublé deux tables rondes dont une sur la tuberculose ganglionnaire. Les résultats de l’étude maghrébine (tuniso-algérienne) concernant cette pathologie en essor avaient été exposés en vue de conclure à des recommandations quant au diagnostic et à la prise en charge thérapeutique.

Par ailleurs, deux ateliers de formation pour les jeunes résidents avaient eu lieu ainsi que des rencontres avec l’expert pour les spécialistes en pneumologie.

La séance de travaux avait comporté 99 posters électroniques et 95 posters affichés.

Chaque année, les laboratoires GSK octroient une bourse de recherche d’une année aux meilleurs travaux et les lauréats de l’année dernière sont au nombre de trois avec à la première place le travail intitulé « Prise en charge mini-invasive du pneumothorax spontané » du service de pneumologie de l’hôpital de Nabeul. Le deuxième pris a été remis au travail de l’équipe du service de pneumologie de l’hôpital Farhat Hached et qui traitait du « Vieillissement physiologique et pathologique des fonctions non respiratoires » et le travail intitulé « La sévérité de la BPCO et les marqueurs sériques de l’inflammation : y a-t-il une corrélation ? » et conduit par le service de pneumologie « pavillon D » de l’hôpital de pneumologie de l’Ariana avait occupé la troisième place.

Selon Pr Tritar-Cherif Fatma, le grand plus du congrès cette année réside en la diversité des congressistes notamment maghrébins ce qui permet d’intensifier la collaboration inter-sociétale, d’améliorer la fusion des connaissances et de promouvoir et de développer la pneumologie dans les pays du Maghreb.

Pour ce qui est des prochaines manifestations de la STMRA, Pr Tritar-Cherif a précisé que des ateliers sur le SAOS et sur l’exploration fonctionnelle respiratoire seront au rendez-vous en plus de la célébration de la journée mondiale de la tuberculose (23 mars), de l’asthme et du tabac (au mois de mai) et de la BPCO (en novembre).

E.K.L