La prostate, un organe utile et… à problèmes !

prostate-organe-problémeLa prostate, composée de fibres musculaires et de glandes, est un organe sexuel uniquement masculin situé sous la vessie et en avant du rectum, qui grossit avec l’âge et participe à l’élaboration et à l’expulsion du sperme.

 

Toute petite à la naissance, la prostate grandit pour atteindre quelques centimètres à la puberté. On compare en général sa taille à celle d’une châtaigne. Elle se stabilise à l’âge adulte. Chez les personnes âgées, elle grossit au point de devenir souvent hypertrophique. En simplifiant, on estime que 60% des hommes de 60 ans ont une grosse prostate, 70% des hommes de 70 ans et 80% des hommes de 80 ans.

 

 

Mais quels sont exactement le rôle et l’importance de la prostate ? Quelles sont les conséquences de maladies de la prostate sur la « qualité » de vie d’un homme, plus particulièrement sur celle sexuelle?

Bon à savoir, également, que la prostate produit certains des liquides séminaux qui constituent le sperme. D’autre part, quand un homme prend de l’âge, sa prostate peut s’hypertrophier, c’est-à-dire grossir. On parle alors d’adénome de la prostate ou d’hypertrophie bénigne de la prostate provoquant une envie plus fréquente d’uriner, mais ce n’est pas dangereux en soi.

Par contre, la prostate peut être envahie par des tumeurs malignes. C’est alors le cancer de la prostate qui est une maladie grave. Ce cancer peut toutefois, de nos jours, se soigner aisément, à condition qu’il soit détecté précocement. D’ailleurs, le taux de guérison se situe, désormais, autour de 95% en cas de détection précoce.

 

Règles d’hygiène de vie

Quelques règles d’hygiène sont essentielles : boire suffisamment pendant la journée pour éviter tout risque d’infection ou de calculs, éviter les aliments trop gras ou épicés, l’alcool, les boissons gazeuses, les longs voyages assis et pratiquer une activité physique compatible, c’est-à-dire plutôt de la marche que de l’équitation ou du vélo pour éviter la compression du bas-ventre, facteur aggravant les troubles.

A noter qu’en cas de gêne importante et de complications, la chirurgie propose deux types d’intervention. Si l’adénome est de petite taille (moins de 60 g), la résection endoscopique peut être pratiquée. Elle consiste à extraire la partie hypertrophiée, lambeau par lambeau, à l’aide d’un appareil électrique (un résecteur) introduit dans le canal de l’urètre. Lorsque l’adénome est plus volumineux, il faut recourir à la chirurgie traditionnelle par voie haute.

 

Mais la question qui préoccupe toujours les hommes est la suivante : après l’opération le mécanisme de l’éjaculation peut être perturbé en devenant rétrograde. En effet, ne pouvant plus se faire vers l’avant, elle a lieu dans la vessie et mène donc à l’infertilité. D’où l’importance de consulter dès les premiers symptômes pour faciliter la prise en charge de la maladie.

Quant aux autres fonctions sexuelles, elles sont, généralement, préservées et si des troubles de la libido apparaissent, ils ne peuvent qu’être d’ordre psychologique. C’est pour cela qu’il est conseillé d’attendre un mois et demi avant de reprendre une activité sexuelle. Et en cas de problème, il ne faut pas hésiter à consulter son médecin.

 

N.H