« Horizon 2020 », une initiative pour une méditerranée moins polluè !!!

La mer méditerranée, notre mer, « mare nostrum » comme disaient les romains de l’antiquité, berceau des civilisations, cet  espace maritime, aux paysages typiques se trouve hélas menacè par la pollution !  Les pays riverains du sud et de l’est sont alertés et invités à améliorer continuellement de nombreux aspects de gestion de l’environnement pour réduire la pollution de la mer.

Pour ce faire, un programme intitulé« Horizon 2020 méditerranée » a été instauré, dans le but de réduire la pollution en méditerranée entre 2006 et 2020. Coordonnée par l’Agence européenne de l’environnement (AEE) et le Plan des Nations Unies pour l’environnement au sein du programme action pour la Méditerranée,ce programme bénéficie du soutien financier de la Commission européenne.

Cette initiative, qui n’est certes pas innovatrice, et qui repose sur des initiatives déjà existantes et sur des rapports déjà rédigés, se concentre sur trois thèmes principaux: l’assainissement des eaux usées, les déchets solides municipaux et les émissions industrielles.

Elle couvre  la région englobant l’Algérie, l’Égypte, Israël, la Jordanie, le Liban, la Libye, le Maroc, la Palestine et la Tunisie, pays œuvrant avec l’union européenne dans le cadre de la politique européenne de voisinage.

D’après les constatations enregistrées dans le rapport, établi par ledit programme, l’assainissement n’a cessé de s’améliorer au cours de la dernière décennie dans la région en question. En effet  la proportion de la population ayant accès à l’assainissement a augmenté de 87,5% en  2003 à  92% en 2011. Toutefois il y aurait  encore plus de 17 millions de personnes dans la région qui n’en bénéficient pas. Un tiers d’entre eux vivent dans les zones urbaines.

Selon ce même rapport Il y aurait également, un grand potentiel de réutilisation des eaux usées. Il est vrai qu’actuellement, environ 1% des eaux usées seulement sont réutilisées, mais  il est possible de faire un meilleur usage de cette ressource au lieu de la rejeter en mer.

Quant aux  émissions industrielles ces dernières ont un impact lourd sur la Méditerranée. Alors que la pollution par les métaux lourds dans l’eau de mer a diminué au cours des dernières années, la pollution marine locale des villes, de l’industrie et des stations touristiques est toujours en tête de la pollution généralisée des mers et des plages.

Ceci dit Il y aurait encore beaucoup de lacunes dans les données concernant les pays couverts par le rapport, en particulier pour la gestion des eaux usées.

Ces pays sont appelés également à investir dans la création d’inventaires des émissions annuelles de polluants provenant de différentes installations industrielles Indique le rapport.

Malgré les multiples actions déjà menées par la société civile et les gouvernements de la région visant à s’attaquer au problème de la pollution de la mer il reste encore beaucoup à faire en matière  d’intensification de la coopération, d’échange  et de partage de l’information entre les pays riverains de la méditerranée. Il s’agit ainsi, de démarches nécessaires vers le progrès régulier pour évaluer l’état de la Méditerranée.

Seule l’application de toutes ces mesures pourrait rendre les politiques respectives des pays en question plus efficaces dans la réduction de la pollution dans les années à venir.  

                                                                                                         

                                                                                                              B.H.S