Un algorithme pour relever le défi du dépistage précoce du cancer de l’ovaire

ovarium-cancer-symptonsLe cancer de l’ovaire est l’un des cancers découverts fréquemment à un stade avancé vu la situation profonde de cet organe et la symptomatologie longtemps silencieuse de l’évolution de ce cancer.

 

De par le monde et annuellement, 225 000 nouvelles patientes sont affectées. Si ce cancer est découvert précocement, la chance de survie à 5 ans s’élève à 90% pour les femmes qui en sont atteintes.

 

Afin d’arriver à un diagnostic le plus précocement possible, les spécialistes britanniques ont mis au point un algorithme validé récemment.

 

Pour le développement et la validation de cet algorithme, 2 millions de femmes ont participé au travail. Durant le suivi, 1514 cas de cancers de l’ovaire ont été diagnostiqués. Le risque le plus élevé de développer un cancer de l’ovaire a été rapporté chez 10% des femmes. Ce risque a pu être identifié grâce aux données de l’algorithme.

 

Cet algorithme comprend, outre l’âge, les éventuels antécédents familiaux de cancer de l’ovaire, la présence de douleurs abdominales, une anémie, un saignement rectal et gynécologique, une perte d’appétit et un éventuel amaigrissement.

 

Cet algorithme ne remplace aucunement une consultation chez le praticien mais il aidera à définir une population à risque qui nécessitera d’éventuels examens complémentaires biologiques et radiologiques.

 

Même si c’est un cancer non fréquent chez la femme mais son agressivité et le taux de mortalité qui en découle justifieraient l’utilisation de cet algorithme car aussi coûteux soit-il pour l’Etat, le traitement par chirurgie, radiothérapie et chimiothérapie d’un cancer ovarien à un stade avancé l’est encore plus.

 

E.K.L