Traitement par analogues de l’hormone de croissance et puberté précoce

hormonne-croissance-sante-tunisieUne étude faite par le département de pédiatrie de l’université de Spanienza en Italie a analysé l’effet à long terme du traitement par les analogues de GnRH chez 87 filles avec une puberté précoce centrale idiopathique.

La puberté précoce est  l’apparition des caractères sexuels secondaires (pilosité pubienne, développement mammaire..) avant l’âge de sept huit ans chez la fille  et de dix ans chez le garçon.

 

On appelle puberté précoce centrale idiopathique une puberté précoce naturelle dans tous ses aspects, excepté l’âge.Elle peut être partielle ou transitoire.

La puberté précoce est associée à une petite taille à l’âge adulte vu qu’elle induit une soudure précoce du cartilage de croissance. Elle expose les patients au paradoxe d’une grande taille pendant l’enfance et d’une petite taille adulte.

L’étude rétrospective a analysé l’impact du traitement par les analogues de  l’hormone de croissance sur la taille adulte, l’index de masse corporelle, la densité minérale osseuse et la fonction de reproduction.

 

Les 87 filles incluses à l’étude ont reçu un traitement par analogues GnRH 4.2 ±1.6 années et ont été suivies sur une période moyenne de 9 ans après arrêt du traitement. 32 patientes avec puberté précoce centrale idiopathique non traitées ont aussi été incluses pour comparaison des résultats.

La taille finale à l’âge adulte était de 158.9±5cm. une taille nettement supérieure à celle prévue avant traitement. Les dimensions ovarienne et utérine et le taux d’hormones ovariennes qui ont été réduit sous traitement, ont repris des taux normaux une année après interruption de la thérapie. L’âge de ménarche (apparition des premières règles) était aux alentours de 13 ans. Le flux menstruel était normal. Six parmi le groupe traité étaient tombées enceintes et ont mené leur grossesse normalement. L’index de masse corporelle était légèrement plus élevée avant, durant et après traitement. La densité minérale osseuse était basse sous traitement et s’est amélioré à l’arrêt du traitement et une activité gonadique normale.

 

Les chercheurs concluent que le traitement par analogue de l’hormone de croissance en cas de puberté précoce centrale idiopathique est sûr et efficace pour l’appareil reproductif, l’index de masse et la densité minérale osseuse et permet d’atteindre une taille adulte acceptable. Mais les variabilités interindividuelles doit faire prendre en considération plus de paramètres que la simple légère amélioration de la taille surtout en cas d’apparition de caractères sexuels secondaires après l’âge de 8 ans.

Etude publiée au « journal of clinical endicrinology and metabolism ».

A.KH