Le troisième sommet sur l’hémophilie pour l’Afrique et le Moyen-Orient (3rd Hemophilia AfME Summit)

Les laboratoires Pfizer, leaders mondiaux de l’industrie biopharmaceutique, ont organisé les 26 et 27 avril derniers, le Troisième Sommet sur l’Hémophilie pour l’Afrique et le Moyen Orient. Ce rendez-vous des hématologues, placé sous le patronage de la Société Marocaine d’Hématologie (SMH), s’est déroulé dans le cadre somptueux de l’hôtel Hyatt Regency de Casablanca au Maroc.

L’hémophilie est une maladie génétique héréditaire, ayant un mode de transmission récessif lié au chromosome X, relativement rare et qui entraîne des problèmes de coagulation sanguine. Ces derniers, sont dus à un déficit du facteur de coagulation VIII dans le cas de l’hémophilie A et à un déficit du facteur de coagulation IX pour l’hémophilie B. Le traitement de l’hémophilie a beaucoup évolué depuis les 20 dernières années avec l’introduction de substituts pouvant être dérivés du sang humain (dérivés plasmatiques) ou bien produits par génie génétique (facteurs recombinants). Ce traitement de substitution peut être administré à la demande, c’est-à-dire en cas d’accident hémorragique, ou à titre préventif, on parle alors de traitement prophylactique. Ce dernier, s’est révélé être plus efficace dans la prévention des arthropathies hémophiliques et dans l’amélioration de la qualité de vie des patients. La principale complication avec ces traitements de substitution est l’apparition d’anticorps dirigés contre le facteur de coagulation injecté, appelée inhibiteurs. Ces anticorps vont conduire à l’inactivation du facteur de substitution, et donc à l’inefficacité du traitement. Cependant, des stratégies thérapeutiques existent pour essayer de « déjouer » l’action de ces inhibiteurs. On peut citer la tentative d’induction de tolérance immune, qui consiste à administrer de hautes doses de facteur VIII ou IX en vue d’habituer le système immunitaire à leur présence, mais aussi le concentré de complexe prothrombique activé, le facteur VIIa recombinant ou encore la desmopressine, etc.

Dr Manuel Carcao, spécialiste en hématologie et oncologie pédiatrique à l’hôpital pour enfants malades (HSC) de l’Ontario au Canada

L’ouverture du sommet a été assurée par le Dr Manuel Carcao, spécialiste en hématologie et oncologie pédiatrique à l’hôpital pour enfants malades (HSC) de l’Ontario au Canada. Le Dr Carcao est aussi membre de l’Association Canadienne des Directeurs des Cliniques D’Hémophilie et ses recherches s’intéressent aux troubles hémorragiques héréditaires comme l’hémophilie et plus précisément à la variabilité du développement des inhibiteurs entre les patients et au traitement prophylactique. Le Dr Carcao a présenté 2 conférences, l’une s’intéressant au traitement personnalisé, qui consiste à choisir la meilleure thérapie au meilleur moment et l’autre, à l’optimisation de la prise de décision clinique par la comparaison du traitement à la demande et prophylactique.

Mr Ron Philip, président des innovations pharmaceutiques pour la région de l’Afrique et du Moyen-Orient chez Pfizer

Mr Ron Philip, président des innovations pharmaceutiques pour la région de l’Afrique et du Moyen-Orient chez Pfizer, nous a fait l’honneur de nous présenter ce sommet qui a pour objectif de mettre en place une gestion médicale efficace de l’hémophilie A et B dans la région et aussi donner la possibilité aux médecins de partager leurs expériences et leurs pratiques pour la prise en charge de cette maladie.

{youtube}QgWaS47Hydk{/youtube}

 

 

La responsable marketing des maladies rares chez Pfizer pour la région Afrique Moyen-Orient, Mme Dorsaf Essoussi

 

 

La responsable marketing des maladies rares chez Pfizer pour la région Afrique Moyen-Orient, Mme Dorsaf Essoussi, qu’on a eu le plaisir d’interviewer, nous a confié que 60 médecins étaient présents à ce sommet, représentants 13 pays : Maroc, Tunisie, Lybie, Algérie, Qatar, Jordanie, Bahreïn, Koweït, Arabie Saoudite, Irak, Canada, Angleterre et France.

{youtube}vVFWTi4aRDM{/youtube}

Mr Philip et Mme Essoussi se sont accordés sur le fait que, l’objectif de Pfizer, en tant que laboratoire pharmaceutique était de développer des produits innovants pour améliorer la prise en charge de l’hémophilie. C’est dans ce sens qu’a été organisé le Troisième Sommet sur l’Hémophilie pour l’Afrique et le Moyen Orient qui se veut un espace de travail proposant des outils pédagogiques pour accompagner les scientifiques, les cliniciens et les associations de patients.

Dr Gerry Dolan, consultant hématologue, directeur du centre pour la prise en charge de l’hémophilie de Nottingham en Angleterre et président de l’organisation des médecins du centre de traitement de l’hémophilie du Royaume-Uni (United Kingdom Haemophilia Centre Doctors’ Organization : UKHCDO)

Le Dr Gerry Dolan, consultant hématologue, directeur du centre pour la prise en charge de l’hémophilie de Nottingham en Angleterre et président de l’organisation des médecins du centre de traitement de l’hémophilie du Royaume-Uni (United Kingdom Haemophilia Centre Doctors’ Organization : UKHCDO), a partagé son expérience par le biais de 3 interventions portant sur l’intérêt pour les hémophiles du passage à la thérapie recombinante, la gestion de cette dernière dans la pratique clinique et une dernière sur la recherche du juste équilibre entre le phénotype pharmacocinétique d’un individu et le choix du produit dans l’hémophilie B.

 

 

Dr Claude Négrier, professeur en hématologie à la Faculté de Médecine de l’Université Claude Bernard de Lyon, responsable du service d’hématologie biologique et directeur du centre régional du traitement de l’hémophilie à l’hôpital Edouard Herriot de Lyon

 

Le Dr Claude Négrier, professeur en hématologie à la Faculté de Médecine de l’Université Claude Bernard de Lyon, responsable du service d’hématologie biologique et directeur du centre régional du traitement de l’hémophilie à l’hôpital Edouard Herriot de Lyon a présenté deux conférences sur la gestion des ressources, ainsi que l’étude de cas cliniques dans la prévention des hémorragies survenant lors des procédures chirurgicales invasives chez les patients hémophiles. Le Dr Négrier a aussi animé un atelier en langue française sur la gestion des inhibiteurs dans l’hémophilie A.

Dan Hart, docteur en immunologie, maitre de conférences à la Faculté de Médecine de Londres et consultant en hématologie au centre sur l’hémophilie de l’hôpital royal de Londres

Dan Hart, docteur en immunologie, maitre de conférences à la Faculté de Médecine de Londres et consultant en hématologie au centre sur l’hémophilie de l’hôpital royal de Londres est intervenu une première fois pour décrire les aspects psychologiques et sociaux du traitement de l’hémophilie et une seconde fois pour évoquer les perspectives globales du traitement de l’hémophilie, plus précisément les directives et les recommandations. Le Dr Hart a aussi animé un atelier en langue anglaise sur la gestion des inhibiteurs dans l’hémophilie A.

Dr Emna Gouider, professeur agrégé en hématologie et médecin responsable du centre de traitement des hémophiles à l’Hôpital Aziza Othmana,

Dr Emna Gouider, professeur agrégé en hématologie et médecin responsable du centre de traitement des hémophiles à l’Hôpital Aziza Othmana, a exposé l’expérience tunisienne dans l’optimisation de la prise de décision clinique dans l’utilisation du traitement prophylactique.

Dr Ahmad Tarawah, spécialiste en hématologie et oncologie pédiatriques à l’hôpital d’enfant de la ville de Médine en Arabie Saoudite

 

 

Professeur Mohamed El Khorassani, Responsable du centre de traitement de l’hémophilie de l’Hôpital d’Enfants de Rabat

 

Lors de sa conférence, le Professeur Mohamed El Khorassani, Responsable du centre de traitement de l’hémophilie de l’Hôpital d’Enfants de Rabat, a partagé l’expérience marocaine sur l’hémophilie en tant qu’exemple de prise en charge de cette maladie dans les pays en voie de développement. C’est dans le même contexte que le Dr Ahmad Tarawah, spécialiste en hématologie et oncologie pédiatriques à l’hôpital d’enfant de la ville de Médine en Arabie Saoudite, a exposé l’expérience saoudienne vis-à-vis de cette maladie.

Dr Yasmina Berkouk-Redjimi, Hématologue au Centre de Traitement des Hémophiles au département d’hématologie du CHU Beni Messous
professeur Lahoucine Mahmal, Directeur du Centre d’Oncologie et d’hématologie relevant du CHU Mohammed VI de Marrakech au Maroc et président de la Société Marocaine d’Hématologie

 

Le professeur Lahoucine Mahmal, Directeur du Centre d’Oncologie et d’hématologie relevant du CHU Mohammed VI de Marrakech au Maroc et président de la Société Marocaine d’Hématologie et le Dr Yasmina Berkouk-Redjimi, Hématologue au Centre de Traitement des Hémophiles au département d’hématologie du CHU Beni Messous, Issad Hassani d’Alger ont animé une table ronde sur la comparaison entre les traitements à la demande et prophylactiques.

Rappelons que le congrès mondial sur l’hémophilie, organisé par la Fédération mondiale de l’hémophilie, a eu lieu à Melbourne en Australie du 11 au 15 mai 2014.

K.L

{gallery}A-sante/D-ici-et-d-ailleurs/D-ailleurs/2014/05/29/{/gallery}