Le sommet maghrébin sur l’éducation et l’apprentissage des maladies infectieuses (IDEAL Summit)

 

IMG 6913Les laboratoires Pfizer, leaders mondiaux de l’industrie biopharmaceutique, ont organisé les 27 et 28 avril derniers à Casablanca au Maroc, le sommet maghrébin sur l’éducation et l’apprentissage des maladies infectieuses (Maghreb Infectious Disease Education and Learning Summit).

 

 

 

 

 

 

MalikQuessarL’ouverture de ce Maghreb IDEAL Summit a été assurée par le Dr Khalid Malik, directeur principal des affaires médicales pour la région Maghreb Moyen-Orient chez Pfizer et la présidente du sommet, le professeur Asma Quessar, spécialiste en hématologie et oncologie pédiatrique du CHU Ibn Rochd de Casablanca. Dans une interview qu’il nous a donnée, le Dr Malik, nous a confié que ce sommet fait partie d’un programme d’éducation pour les acteurs du domaine des anti-infectieux (infectiologues, hématooncologues, spécialistes des soins intensifs, chirurgiens, anesthésiste-réanimateurs, etc.), que le laboratoire Pfizer a mis beaucoup de temps et d’efforts à mettre au point. L’objectif principal étant de créer un réseau de médecins pour mieux comprendre les enjeux stratégiques des anti-infectieux et les dernières nouveautés. Ceci est surtout valable de nos jours,  en raison du problème mondial de la résistance aux antibiotiques. L’avis des experts sur l’utilisation judicieuse des antibactériens, est d’autant plus importante.

 

 

 

 

{youtube}9uSUhglvAiA{/youtube}

 

 

 

 

Mr Amr Ammar, directeur régional de la gamme anti-infectieux Afrique Moyen-Orient, a rajouté que les patients faisaient partie intégrante de la stratégie de Pfizer dans le domaine des anti-infectieux. 

{youtube}rxptwTaENj0{/youtube}

BenAyed

 Mme Rym Ben Ayed, responsable de la gamme anti-infectieux Tunisie Libye chez Pfizer, nous a communiqué que ce sommet a accueilli un groupe d’experts originaires de la Tunisie, du Maroc, de l’Algérie et de la Libye et plus de 80 participants de tous horizons. Mme Ben Ayed nous a aussi confié qu’elle espérait que ce sommet soit le premier d’une longue liste qui pourrait aboutir à la mise en place d’un réseau de surveillance et voire même à des recommandations régionales dans le traitement des infections nosocomiales.

{youtube}MuWlwUwS-do{/youtube}

 

Agrawal1La première conférence du sommet a été assuré par le professeur Samir Agrawal, maitre de conférence en hématologie à l’Université Queen Mary de Londres et consultant en hémato-oncologie à l’hôpital Saint Barthélémy de Londres. Le Dr Agrawal a décrit les stratégies d’optimisation de la prise en charge précoce des infections fongiques invasives qui passent par l’identification des patients à risque et la stratification des risques. L’utilisation de la prophylaxie pour les patients à risque ainsi que l’approche triple test pour la détection d’aspergillus ont aussi été abordées. Le Dr Agrawal a aussi exposé, lors d’une deuxième conférence, le diagnostic et la prise en charge des infections fongiques et bactériennes chez les patients avec des hémopathies malignes.

 

EggimannLe Dr Philippe Eggimann, anesthésiste-réanimateur, au service de médecine intensive adulte au centre hospitalier universitaire Vaudois, de la ville de Lausanne en Suisse, a présenté quant à lui une première conférence sur l
es candidoses sévères chez les patients gravement malades. En effet, le Dr Eggimann a décrit l’étiologie et la physiopathologie des septicémies acquises dans les unités de soins intensifs, le traitement des candidoses et la septicémie associée au cathéter : il a ainsi discuté l’implication du cathéter dans l’apparition d’une candidémie qui est une infiltration du candida dans le flux sanguin entrainant une infection systémique. Une deuxième conférence du Dr Eggimann a porté sur la prévention des infections liées au cathéter, entre autres l’utilisation des produits de désinfection de la peau, les sources d’infection et les cibles de la prévention (les produits perfusés, les tubes de connexion, le pansement au site d’insertion du cathéter, etc.). Une troisième conférence a traité des approches non pharmacologiques de prévention et de contrôle des infections. Enfin une quatrième et dernière conférence s’est attardée sur la description d’un cas d’infection intra-abdominale.
 

{youtube}C1vI6zld9Os{/youtube}

 

BoukhilJeddiLe Dr Kais Sofiane Boukhil et le Dr Ramzi Jeddi se sont prêtés au jeu des questions réponses avec les médecins présents sur l’étude de cas difficiles dans la thérapie axée diagnostic des infections fongiques invasives. Le Dr Kais Sofiane Boukhil, professeur adjoint à l’unité d’oncologie du CHU Beni Massous, Issad Hassani d’Alger, a décortiqué des cas difficiles d’infections fongiques invasives  dans un milieu hématologique pédiatrique. De même, le Dr Ramzi Jeddi, professeur agrégé en hématologie clinique et ancien membre de l’hôpital Aziza Othmana de Tunis, a disséqué lors de sa conférence la thérapie axée diagnostic pour les infections fongiques invasives chez les patients avec une hémopathie maligne (plus précisément une neutropénie). Le Dr Jeddi a insisté sur l’utilité du scanner et de l’antigénémie aspergillaire (recherche d’antigènes présents chez aspergillus circulant dans le sérum) pour le diagnostic, ainsi que l’utilisation du voriconazole dans les recommandations internationales.

{youtube}_-NMpgaztpw{/youtube}

 

TouarefJamoussiUne autre session de questions-réponses sur les cas difficiles d’infections fongiques invasives chez des populations particulières de patients été orchestré par le Dr Amel Touaref du département des maladies infectieuses à l’hôpital Ibn Zohr de Guelma en Algérie et le Dr Amira Jamoussi, anesthésiste-réanimateur à l’hôpital Abderrahmen Mami de l’Ariana en Tunisie. Le Dr Touaref s’est penché sur l’étude d’un cas d’aspergillome pulmonaire alors que le Dr Jamoussi a dépeint l’aspergillose pulmonaire invasive chez un patient atteint de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) admis en réanimation. D’après le Dr Jamoussi, le BPCO est un état d’immunodéficience relatif qui peut être le siège d’une infection fongique dont le pronostic est très grave en raison de la lenteur du diagnostic et d’un traitement efficace qui arrive souvent trop tard.

 

Abdellatif

Le professeur agrégé Sami Abdellatif du Service de Réanimation Médicale de l’hôpital de La Rabta, a également animé un atelier sur la prise en charge des infections bactériennes dans la pneumonie nosocomiale.

 

Cherkab

La conférence du Dr Rachid Cherkab, spécialiste en Anesthésie-réanimation du service de réanimation de l’hôpital Ibn Rochd de Casablanca au Maroc, portant sur l’utilisation de la tigécycline dans les infections compliquées de la peau et des tissus mous a clôturé le sommet.

K.L

{gallery}A-sante/D-ici-et-d-ailleurs/D-ailleurs/2014/06/04/{/gallery}