Le foie, un organe lourd, complexe et vital

La pathologie hépatique : hépatites, cirrhose, ou cancer, est réputée être grave. Elle est largement redoutée en Tunisie et de par le monde.

Mais que savons-nous réellement de cet organe qu’est le foie ? Pourquoi son dysfonctionnement aurait-il des répercussions aussi lourdes sur la qualité de vie et même sur le pronostic vital ?

Commençons d’abord par le décrire et le situer. Le foie est un organe plein, complexe et triangulaire, situé dans la partie supérieure droite de l’abdomen juste sous le diaphragme et derrière les côtes, dépassant la ligne médiane jusqu’au côté gauche. Il est l’organe interne le plus gros et le plus lourd, pesant environ 1,5 kilogramme.

Le foie est le seul organe qui reçoit le sang de deux sources : l’artère hépatique, qui apporte le sang du cœur, et la veine qui conduit le sang provenant des intestins. Le sang quitte le foie par les veines hépatiques qui se jettent dans la veine cave inférieure qui le porte, elle, dans l’oreillette droite du cœur.

Le foie est enseigné souvent avec l’appareil digestif, mais en réalité il s’agit de beaucoup plus qu’un organe de digestion. Le nombre et l’importance des fonctions assurées par le foie sont impressionnants et sont d’une complexité qui lui ont valu d’être toujours cité comme une véritable usine fonctionnant 24H/24. Le foie, à tout moment donné, contient environ 13 % de la circulation sanguine du corps.

L’hépatocyte est l’unité cellulaire du foie. Il assure de multiples fonctions métaboliques grâce à son équipement enzymatique : détoxication, épuration, synthèse et stockage.

 

D’abord, il est le plus important régulateur de glycémie dans le sang. Il est le seul organe à la fois producteur et stockeur de glucose. Il est hypoglycémiant (stockage de glucose sous forme de glycogène) ainsi qu’hyperglycémiant (libère du glucose dans le sang après avoir fait une glycogénolyse). C’est en période de jeûne que le foie rejette du glucose dans le sang grâce à l’enzyme glucose-6-phosphatase qui peut  dégrader le glycogène en glucose.

Les hépatocytes fabriquent la bile, un liquide alcalin jaune ou vert qui contient des sels biliaires. Le foie synthétise la plupart des protéines trouvées dans le sang dont la plus importante de toutes est l’albumine qui est responsable de la régulation du volume sanguin et de la distribution des fluides dans le corps. Le foie produit, également, la ferritine (protéine servant à emmagasiner le fer dans le corps) ainsi que des protéines se liant à des hormones, des lipoprotéines qui participent au transport du cholestérol et des protéines de phase aiguë de l’inflammation CRP, orosomucoide.

Le foie intervient, par ailleurs, dans la conversion chimique de l’hormone thyroïdienne en sa forme la plus active. Il sécrète la IGF-1, hormone qui favorise la croissance cellulaire, L’angiotensinogène cette hormone qui fait partie d’un système de régulation des taux de sodium et de potassium.

De concert avec la rate, le foie aide à décomposer les vieux globules rouges en produits de dégradation, notamment la bilirubine et autres pigments biliaires.. Lorsque le foie ne fonctionne pas adéquatement, la bilirubine peut s’accumuler dans le corps, pouvant donner à la peau et aux yeux une apparence jaunâtre. Le foie joue aussi un rôle important dans la détoxification et la décomposition de poisons, de médicaments, d’alcool et de déchets. Chez les patients souffrant d’insuffisance hépatique, ces substances indésirables ont tendance à s’accumuler dans le corps et entraînent potentiellement des toxicités.

Cet aperçu sur la fonction hépatique permet d’expliquer l’importance accordée à la prévention, au diagnostic et l’éventuel traitement de la pathologie du foie. Beaucoup de facteurs responsables de cette pathologie peuvent être facilement prévenus comme le non partage de matériel risquant d’être souillé de sang (seringue, lame de rasage, piercing..), usage de préservatif lors des rapports à risque pour l’hépatite C et B, l’abstinence alcoolique pour la cirrhose. Les hépatites peuvent induire une cirrhose et la cirrhose peut évoluer vers l’insuffisance hépatique et le cancer hépatique.

 

A.KH