La salive et ses fonctions insoupçonnées

Nous savons tous que nous secrétons, quotidiennement et en continu, une grande quantité de liquide, appelé « salive ». Mais savons-nous avec précision ce que c’est que la salive, à quoi elle sert et quels sont ses éventuels inconvénients ?

Première chose importante à savoir est que la salive, secrétée à l’intérieur de la bouche par les glandes salivaires, est composée, tenez-vous bien, à 99% d’eau ! Mais elle est constituée, également, de protéines, d’électrolytes et de sels minéraux, sachant que plus de 1150 protéines différentes ont été identifiées dans sa composition !

Autres faits importants et bons à savoir aussi, est que chez un adulte, les glandes salivaires produisent quotidiennement, pas moins d’un un litre et demi de salive pour humidifier les muqueuses de la bouche et faciliter la digestion des aliments, sans oublier que la moitié de cette production est produite, uniquement, pendant les repas.

Toutefois, durant la nuit, cette sécrétion est presque nulle, d’où cette sensation de bouche sèche au lever. Il s’agit d’une sensation, certes, désagréable, mais elle est fort utile dans la mesure où elle nous pousse à nous réhydrater correctement le matin.

Un autre chiffre insoupçonné : Un être humain déglutit entre 1500 et 2000 fois par jour !

 A quoi sert la salive ?

La salive possède, en effet, de multiples fonctions allant de la déglutition à la digestion, en passant par la protection des dents contre les caries

Outre l’humidification des muqueuses de la bouche et des dents, la salive permet de s’exprimer plus facilement. Toute personne a dû constater qu’il est plus difficile de prendre la parole quand on a la bouche sèche sous le coup de l’émotion.

Elle sert aussi à maintenir l’équilibre thermique de la bouche, en réchauffant les aliments trop froids et en rafraîchissant les aliments trop chauds tout en transformant les aliments que nous mâchons en bol alimentaire.

Grâce à sa composition chimique, la salive permet de « pré-digérer » certains aliments. A titre d’exemple, l’amylase salivaire contribue à la digestion de l’amidon qu’elle fractionne en molécules plus simples et plus facilement assimilables.

Autre fonctionnalité de taille : la salive possède un rôle antiseptique et un autre de protection de l’œsophage. Effectivement, en neutralisant les acides de l’alimentation et en régulant le pH de notre bouche, elle empêche, dans une large mesure, le développement des bactéries et contribue, par voie de conséquence, à la prévention contre les caries et les infections gingivales. Plus encore, les ions minéraux qu’elle contient contribuent à la reminéralisation de l’émail.

 

N.H