La peur de l’accouchement persiste dans le temps

peur-accouchement-sante-tunisieUne étude suédoise faite par des chercheurs du school of health sciences, university of Boras sweden a récemment été  publiée à la revue « Women and Birth ». L’étude  a exploré la notion de FOC (fear of child birth) la peur de l’accouchement vécue durant la grossesse, la répercussion de cette anxiété sur la perception de la grossesse et l’accouchement une année après.

 

L’étude a inclus les femmes enceintes régulièrement suivies dans trois centres de maternité au nord de la Suède.

 

Des outils d’analyses informatiques ont permis de classer les facteurs les plus associés à un FOC et l’installation de souffrance psychologique en rapport avec l’idée d’accouchement (évaluée après une année).

 

Les résultats ont montré que  chez une multipare le facteur le plus en rapport avec une tocophobie (la phobie de l’accouchement) est surtout une expérience négative vécue à un accouchement précédant et une transformation d’un accouchement par voie basse en une césarienne dans des conditions d’urgence.

 

La primiparité (la première grossesse) exposait à une peur pendant la grossesse et une perception négative une année après.

 

Les chercheurs recommandent aux équipes obstétricales d’accorder plus d’importance à interroger les femmes sur les circonstances de choix du (ou des) mode d’accouchements précédents, leur perception de l’accouchement d’une façon générale et sur un éventuel traumatisme psychologique lié à une mauvaise expérience vécue en salle de travail. Ceci aidera à minimiser les  risques d’installation d’une perception négative. Ils recommandent aussi de conduire plus de recherches sur les facteurs pouvant rendre meilleure l’experience en principe heureuse de voir naitre un petit ange.

 

A.Kh