Et si les hommes avaient leur pilule ?

De tout temps, la pilule contraceptive fût une affaire de femmes. Peut être, plus pour longtemps car une équipe de scientifiques irlandais, du centre de la santé reproductive de l’université d’Edimbourg, vient de mettre la main sur un gène profondément incriminé dans la synthèse du sperme.

Les essais conduits sur les souris de laboratoire ont démontré que ce gène, Katnal1, est indispensable dans les stades terminaux de la synthèse du sperme.

Selon le Dr Lee Smith de l’université d’Edimbourg, contrecarrer les effets de ce gène dans les testicules pourrait amener à développer une contraception masculine autre que le préservatif ou la vasectomie et surtout tout aussi efficace. Les effets de cette thérapeutique contraceptive sont réversibles à l’arrêt du traitement, ce qui est un grand bénéfice.

Cette découverte, parue dans « PLos genetics », a trouvé de bons échos dans le monde médical car en plus de son apport dans le domaine de la contraception masculine, elle pourrait aider à trouver des réponses quant au statut infertile de certains hommes.

Cette contraception masculine non hormonale pourrait, en outre, décharger la femme des soucis des moyens contraceptifs à utiliser.

 

E.K.L