La pilule chez la femme âgée : Inconvénients et avantages

La contraception hormonale, plus connue sous le nom de pilule, repose soit sur des associations oestroprogestative combinant un œstrogène et un progestatif, soit sur des progestatifs seuls.

Le cas particulier de la contraception chez la femme âgée encore active sexuellement est un véritable problème de santé car cette femme est confrontée à un triple problème : les effets indésirables de la contraception, les manifestations secondaires de la non-contraception et les complications d’une éventuelle grossesse.

Ce sujet a été traité dans un article paru récemment dans la revue, New England Journal of Medicine (NEJM) sous le titre : « Hormonal Contraception in Women of Older Reproductive Age ».

La hantise de la femme âgée pendant la période de la pré-ménopause est l’association d’une contraception efficace avec le minimum d’effets indésirables et une hygiène de vie correcte.

L’obésité et l’âge avancé sont des facteurs de risque connus de la maladie thromboembolique mais ce risque se trouve multiplié par deux en cas de contraception par pilule oestroprogestative.

En effet, l’oestrogène serait le grand pourvoyeur de ce risque. Chez les femmes ayant des antécédents ou une histoire familiale de maladie thromboembolique, cette contraception combinée est à éviter. Cette dernière est également interdite d’usage chez les femmes tabagiques ou hypertendues, vu le risque accru d’infarctus du myocarde. Il est également plus prudent de limiter l’usage de la pilule combinée chez les femmes âgées diabétiques.

En dépit des controverses des travaux scientifiques autour des  éventuelles interactions : pilule/ migraine, le Collège Américain des Obstétriciens et Gynécologues ainsi que l’Organisation Mondiale de la Santé recommandent d’utiliser la pilule à base de progestatif pur ou le DIU chez les femmes migraineuses vu le risque élevé d’infarctus du myocarde.

On ne dispose pas encore de preuves évidentes concernant l’incrimination de la pilule combinée dans la genèse du cancer du sein, mais il semblerait que les femmes ayant une histoire familiale de cancer du sein seraient plus à risque.

 En l’absence de contraception orale chez ces femmes, il a été noté un risque accru de survenue de saignement menstruel et inter-menstruel important et que la pilule diminuait considérablement ces pertes sanguines. On a remarqué également une disparition plus ou moins complète des bouffées de chaleur chez les femmes sous contraceptifs par rapport à celles qui n’en prenaient pas. Le risque de fractures osseuses est aussi réduit de 25% chez la gente féminine sous contraceptifs, particulièrement chez celles qui prenaient ces pilules depuis de longues périodes.  Les pilules combinées mais faiblement dosées en œstrogène auraient un effet protecteur contre le cancer de l’ovaire, de l’endomètre et le cancer du colon et du rectum.

Il est recommandé pour les femmes âgées encore capables de procréer, non tabagiques et en bonne santé, de prendre la pilule combinée. La contraception efficace, la réduction des saignements et des bouffées de chaleur et la protection des fractures et de certains cancers sont les principaux bienfaits de cette pilule. Cependant, en cas d’obésité, de tabagisme, d’hypertension artérielle, de diabète ou encore de migraine, la pilule à base de progestatif pur ou le DIU restent la meilleure option.   

 

 

E.K.L