Prédiction de la pré-éclampsie en utilisant un examen de dépistage au premier trimestre

femme-enceinte-pre-eclampsion-sante-tunisieUne étude publiée  dans l’ « American Journal of Obstetrics & Gynecology » visait à montrer qu’un dépistage précoce au premier trimestre de grossesse, des femmes à risque de développer une pré-éclampsie, est possible.

Rappelons que la pré-éclampsie est l’hypertension artérielle gravidique qui apparaît dans la deuxième moitié de la grossesse.

Pour tirer une règle de prédiction de la pré-éclampsie et la pré-éclampsie précoce lesquelles nécessitent l’accouchement avancé à moins de 34 semaines, on en utilise dés le premier trimestre, des marqueurs sériques maternels et des ultrasons.

Une étude observationnelle prospective sur ce sujet a été entreprise dans l’un des quatre centres de maternité à Baltimore aux USA sur les cas des femmes enceintes inscrites, et se présentant pour un dépistage du premier trimestre et ce durant la période 2007-2010.

La tension artérielle maternelle, l’historique d’une pré-éclampsie antérieure, le diabète, la nulliparité, et une faible PAPP-A, étaient considérés comme des facteurs prédictifs des taux plus élevés de pré-éclampsie.

L’historique maternel, la démographie, l’anthropométrie, les paramètres échographiques et analyses sériques ont été comparés entre les femmes atteintes de pré-éclampsie par rapport aux valeurs normales.

La règle de prédiction a été obtenue par analyse de régression logistique Lasso.

De 2441 femmes, 108 (4,4%) ont développé une pré-éclampsie, et 18 (0,7%)  ont une pré-éclampsie précoce.

En conclusion  il a été noté  que les règles de prédiction du premier trimestre qui utilisent des variables cliniques et des analyses sériques  permettant d’identifier une proportion significative de femmes qui développeront ultérieurement une pré-éclampsie.

B.H.S