Pollution de l’air et stress pendant la grossesse

Pollution de l’air et stress pendant la grossesse

La compréhension de l’interaction entre l’environnent social et physique peut aider à comprendre les inégalités en matière de santé et aider à mettre en place des plans d’intervention adaptés.

La détresse psychologique combinée à l’exposition à la pollution de l’air chez la femme enceinte a des effets négatifs sur le développement comportemental de l’enfant ultérieurement. Ce sont les résultats d’une récente étude publiée au prestigieux journal Pediatrics.

La démoralisation de la mère pendant la grossesse diminue sa capacité à faire face aux situations stressantes et l’expose à des symptômes comme l’anxiété, la dépression, le déficit de l’attention et des comportements agressifs. L’effet de ces facteurs psychologiques semble être synergique avec l’effet négatif de l’exposition aux hydrocarbures aromatiques polycycliques.

Dr. Frederica Perera et son équipe de l’université de Cracovie ont suivi 248 couples mère-enfant de la grossesse jusqu’à l’âge de 9 ans. Des échantillons d’air ont été analysés durant la grossesse pour évaluer le niveau d’exposition à HAP (hydrocarbures aromatiques polycycliques). Les troubles du comportement de l’enfant ont été évalués en se basant sur le Child Behavioral Checklist. L’état psychologique de la mère et les conditions socioéconomiques ont été évalués pendant le deuxième trimestre de la grossesse par des questionnaires.

Les résultats ont montré que la combinaison entre facteurs stressants psychologiques et physiques (les polluants) amplifie l’effet négatif de chaque exposition. Les enfants les plus exposés étaient les plus anxieux et avec des déficits d’attention et de dépressions.

Ce qui semble inquiétant dans les résultats de cette étude, est que le niveau d’hydrocarbures aromatiques polycycliques retrouvé dans les échantillons est dans les limites autorisées dans plusieurs zones urbaines de plusieurs pays dans le monde.

 

A.Kh