Le cartable lourd fait froid dans le dos

Le ministre français de l’Education stipule, selon une circulaire datée du 26 Octobre 1995, que le poids du cartable ne devrait pas dépasser 10% du poids de l’enfant mais en Tunisie, on est bien loin de ce chiffre.

L’enrichissement du contenu enseigné et l’accroissement des bases de cours ont décuplé le nombre et le volume des cahiers et des livres dressés dans des listes interminables par les enseignants à chaque rentrée scolaire. Et tout cela n’est pas prêt de s’arrêter, bien au contraire, ce phénomène s’amplifie d’une année à la suivante.

Un excédent de charge réparti d’une façon hétérogène sur le dos engendre des contraintes mécaniques. En effet, cette surcharge entraîne une contraction des muscles placés tout le long de la colonne vertébrale, il en résulte des douleurs dorsales qui sont le plus fréquemment situées au bas du dos là où les pressions se font les plus fortes. Ces douleurs du bas du dos sont appelées lombalgies.

Ces dernières peuvent s’aggraver progressivement et révéler par la suite une des complications les plus redoutées : l’hernie discale. Une hernie discale est la saillie du disque intervertébral hors de sa position habituelle (figure1). Les disques intervertébraux sont logés entre les os qui forment la colonne vertébrale.

 Pour remédier à ce problème, les parents des élèves optent de plus en plus pour le cartable à roulette. C’est une bonne résolution mais peut être serait-il encore mieux que cette option se démocratise et envahisse aussi bien les grandes cités que les contrées lointaines et rurales.

D’autres mesures sont requises pour chasser la surcharge notamment veiller à ce que le cartable doit être adapté à l’âge et à la morphologie de l’enfant, ne ranger dans son cartable que ce qui est nécessaire, éviter d’emporter les objets lourds. Le mieux, pour l’année scolaire, serait peut être que tous les élèves se mettent à l’outil informatique et maîtrisent l’utilisation des clés USB, des disques durs et tous les accessoires qui peuvent servir de support pour l’enseignement.

Le mal de dos dont souffrent nos enfants n’est pas seulement dû au cartable lourd, maintes autres raisons y sont impliquées dont notamment le mobilier scolaire qui peut imposer à l’élève une position assise fort peu confortable, un bureau d’étude chez soi non adapté, une chaise pas convenable. Des solutions appropriées à ces problèmes sont essentielles afin de limiter les dégâts sur la santé à long terme.

A noter qu’en Tunisie, plusieurs études ont été effectuées et publiées sur les journaux, étayées par les avis de médecins, appelant les autorités compétentes à se pencher sur la question, mais en vain.

 

E.K.L