La tératogénicité

malformation-naissance-hereditaire-congenital-genetique-teratogenicite-embryologie-sante-medecine-gynecologieJusqu’aux années 30, il a été largement admis qu’une malformation à la naissance est forcément du à une origine héréditaire. Congénital et héréditaire/génétique étaient alors des synonymes. Les choses ont beaucoup évolué depuis. La notion de tératogénicité a été développée pour répondre aux insuffisances du premier concept.  C’est l’effet potentiel qu’ont certaines substances exogènes, médicaments et facteurs environnementaux de causer des malformations du fœtus.  Le spectre de ces malformations passe de la mort aux malformations structurelles, des anomalies fonctionnelles ou développement de masse tumorale. Ces facteurs peuvent agir directement sur le fœtus ou sur la mère puis transmis au fœtus. Certains médicaments pris des mois avant la grossesse peuvent expliquer une malformation congénitale.

 

Au début des années 40, l’infection à la rubéole durant la grossesse a été identifiée comme le premier agent tératogène. Au début des années 60, le thalidomide, utilisé aux années 50 comme sédatif et anti-nauséeux par les femmes enceintes, a causé une tragédie avec des plusieurs cas de phocomélie. Il a été identifié comme le premier médicament tératogène.

 

L’exposition aux facteurs tératogènes connus est formellement contre-indiquée durant la grossesse (les rayons X durant le premier trimestre de la grossesse par exemple). Une femme en âge de procréer doit être mise sous une à deux méthodes contraceptives efficaces quand recevant un médicament tératogène (traitement de l’acné par isotrétinoïne par exemple).

AK