La pré-éclampsie analysée sur 30 ans

La pré-éclampsie est un syndrome multi-viscéral spécifique de la grossesse. C’est la conséquence d’une mauvaise insertion du placenta, lui causant une souffrance hypoxique avec libération de plusieurs substances toxiques dans l’organisme maternel. Elle est caractérisée par une élévation de la tension artérielle et une protéinurie.

Cette pathologie complique 3 à 6% des grossesses, avec  une prédilection pour la première grossesse. Elle est associée à l’accouchement prématuré, le retard de croissance intra-utérine, hématome rétro-placentaire et mort fœtal in utéro.

La survenue d’une pré-éclampsie chez la femme est un facteur de survenue de maladies cardio-vasculaires ultérieures.

Une équipe américaine de gynécologues s’est alliée avec des épidémiologistes pour étudier l’effet de l’âge maternel sur les statistiques de pré-éclampsie sur 30 ans.

Ils ont revu 120 millions accouchements à l’hôpital de 1980 à 2010. Ils ont analysé les cas de pré-éclampsie modérée à sévère en fonction de l’âge maternelle  en ayant ajusté les résultats à l’obésité et au tabagisme.

Le taux global de la pathologie était de 3.4% dans le groupe étudié. L’analyse a montré un effet important de l’âge avec le risque le plus élevé aux âges extrêmes (tranche 20-24 et 40-45 ans). Les femmes ayant accouché en 2003 avaient 6 fois plus de risque que celle en 1980. Le taux de pré-éclampsie sévère (avec une tension systolique supérieure à 160 mmHg et/ou diastolique supérieure à 110 mmHg) avec des troubles neurosensoriels tels des céphalées, des troubles visuels  est passé de 0.4 en 1980 à 1.4 en 2010.

L’augmentation du risque est en grande partie expliquée par l’élévation des taux d’obésité et de tabagisme surtout durant la grossesse.

Etude publiée au British Medical Journal

AK