La médecine scolaire en Tunisie : Préventive et gratuite

Parmi les composantes de la santé scolaire est la visite médicale obligatoire à différents moments du cursus scolaire dont l’objectif principal est le dépistage, et ce  en 1ère année anticipée, soit une année avant l’entrée de l’enfant à l’école primaire, en 1ère année de chaque cycle d’étude (primaire, secondaire, lycée, facultés), en 3ème  année de l’école de base et en 3ème année secondaire

La médecine scolaire a pour charge d’assurer la vaccination qui constitue l’un des moyens de prévention primaire de certaines maladies infectieuses. Elle permet de protéger les individus contre la maladie mais aussi la population concernée en diminuant le risque d’épidémie.

Le calendrier vaccinal en Tunisie comporte des vaccins obligatoires et d’autres qui sont recommandés, selon le contexte épidémiologique tunisien

Il est bon de souligner que la médecine scolaire et universitaire en Tunisie est intégrée aux soins de santé de base. Ce sont donc les mêmes équipes qui réalisent les activités curatives et préventives au niveau des centres de santé de base, qui assurent, dans le cadre de leurs activités la couverture sanitaire des établissements éducatifs en réservant une à deux journées par semaine à la santé scolaire et universitaire.

Ainsi, au niveau central, la Direction de la médecine scolaire et universitaire est chargée, notamment, de la conception et de la programmation des actions de prévention, de dépistage et des traitements prophylactiques menées auprès de la population préscolaire, scolaire et universitaire. Elle est habilitée, également, à assurer la tutelle technique des centres et services de médecine scolaire et universitaire et des infirmeries scolaires et universitaires au sein des établissements.

Au niveau des établissements, il y a un médecin et un infirmier qui visitent périodiquement chaque établissement éducatif.

A ne pas oublier le Centre de médecine scolaire et universitaire sis à l’Avenue Mohamed V à Tunis ou des consultations quotidiennes et gratuites sont assurées par des médecins généralistes et dans certaines spécialités ainsi que par des médecins dentaires.

A noter que toujours un sujet d’actualité, la santé scolaire suscite l’intérêt des médecins spécialisés dans le domaine, c’est ce qui les stimule d’ailleurs à mieux décrire cet environnement ainsi que la prise en charge des élèves à différents niveaux.

C’est dans ce contexte que tout un recueil a été consacré à ce sujet. Rédigé par Docteur Ahmed Ben Mahmoud, médecin major de la Santé publique et intitulé « Le pari de la santé scolaire en Tunisie : Réalité et perspectives », l’ouvrage traite la question avec pertinence. Le docteur a résumé la santé scolaire en Tunisie en huit chapitres, tout en parlant des acquis de la médecine scolaire et l’école ainsi que le nouveau contrat pour la santé.

La planification sanitaire a été analysée par le spécialiste qui a aussi évoqué les nouveaux besoins et surtout la nouvelle approche des problèmes de santé à l’école. Par ailleurs, le Dr Ben Mahmoud, a expliqué dans les chapitres (V et VI) comment mieux adapter les réponses de santé à la population scolaire et mieux adapter le système de soins à la santé des adolescents et des jeunes sans oublier un autre point qui ne manque pas d’importance : l’éducation à la santé et la démarche pour l’adaptation des contenus. En fait, les élèves inscrits dans les écoles primaires ou dans les lycées souffrent de plusieurs maladies.

C’est dire l’importance de ce segment de la médecine qui devrait, d’ailleurs, bénéficier d’un intérêt toujours grandissant dans la mesure où cette médecine s’intéresse à la santé de nos jeunes à un âge où ils ont besoin d’une croissance physique saine.

D’où les appels réitérés en vue de réserver des moyens financiers et matériels (équipements et logistiques) consistants et adéquats avec le caractère sensible de cette médecine.

 

Mehdi B.H