Hernie discale : A ne pas prendre à la légère

La colonne vertébrale ou rachis, est un ensemble d’os empilés les uns sur les autres. Ces os sont appelés vertèbres. Le rachis est divisé en quatre parties : le rachis cervical composé de 7 vertèbres. Vient ensuite le rachis thoracique ou dorsal formé de 12 vertèbres. Après c’est le rachis lombaire qui contient 5 vertèbres. La dernière partie de la colonne vertébrale est appelée segment sacro-coccygien agencé en vertèbres soudés. Le rachis est le support osseux du corps.

Chaque vertèbre est constituée d’un corps et d’un arc osseux. Entre les vertèbres, il existe des disques dits disques intervertébraux. Ce sont ces derniers qui unissent les vertèbres en eux et jouent le rôle d’amortisseurs en cas d’accidents et de chocs. Vertèbres et disques délimitent le canal vertébral dans lequel circule la moelle épinière. Du canal vertébral également, émergent les nerfs destinés à innerver les différentes parties du corps humain.

 

Causes et symptômes

 L’hernie discale est la sortie du disque intervertébral dans le canal vertébral. Le terme discal est relatif au disque. Cette hernie du disque pourrait comprimer les racines des nerfs et entraîner la douleur rapportée par les patients. Les personnes obèses, les professions qui nécessitent un effort physique important et les femmes enceintes sont les personnes les plus à risque.

Une hernie discale hautement située s’accompagne de raideurs et de douleurs qui pourraient s’étendre aux épaules. Si la douleur est située au bas du dos, on parle de lombalgie ou même de sciatalgie si la douleur s’étend à la jambe et intéresse le nerf sciatique. La douleur s’aggrave lors des efforts soutenus et des positions assises prolongées.

 

Prise en charge

En cas de poussée, la mise au repos de la colonne vertébrale et des muscles du dos est la base du traitement. On préconise la position allongée sur le dos sans oreiller. En cas de besoin, on y associe les antalgiques (médicaments anti-douleurs), les anti-inflammatoires et des myorelaxants (relaxants musculaires). La chirurgie pourrait s’avérer inévitable en cas de symptômes graves à type de paralysie d’un membre.

La prévention reste le meilleur des traitements. Une hygiène de vie correcte avec une pratique régulière d’une activité physique. Eviter les attitudes vicieuses (ne pas soulever maladroitement les objets lourds, garder le dos bien droit lors des mouvements) et bannir les efforts intensifs.

 

E.K.L