Femmes enceintes et alcool : essayez d’en boire modérément

Une étude danoise, publiée dans « British Journal of Obstetrics and Gynaecology », a suggéré de ne pas dépasser 8 verres d’alcool par semaine. Cette quantité serait dénuée de risque pour l’enfant.

Tandis qu’en Angleterre, les femmes enceintes sont hautement conseillées de ne pas en boire du tout, mais pour celles qui ne pourraient s’en passer, ne pas dépasser les deux verres par semaine.

Plus de 1600 femmes enceintes ont participé au travail danois. La moitié étaient enceintes pour la première fois et moins du tiers avaient fumé pendant leur grossesse.

Ces femmes avaient subi un interrogatoire relatif à leur consommation d’alcool. Quant à leurs enfants âgés de 5 ans, il a été question d’analyser leur QI (quotient intellectuel), leur degré d’attention et de concentration, leur fonctions de planification et d’organisation ainsi que leur contrôle de soi.

En résultat, il n’a pas été noté de différence quant au développement neurologique des enfants nés de mères qui buvaient jusqu’à 8 verres d’alcool par semaine et celles qui n’en buvaient pas. Par contre, boire plus de 9 verres par semaines était associé à une diminution de l’attention et de la concentration chez les enfants.

Selon les principaux auteurs du travail, Dr Kesmodel et prof Mortensen « abuser de l’alcool pendant la grossesse est associé à des conséquences sur le développement neurologique du bébé. Des aires comme celle de l’attention et des fonctions exécutives sont particulièrement vulnérables à l’alcool et peuvent être profondément touchées ».

Malgré les données de cette étude, cette dernière ne trouve pas des échos favorables en Angleterre où le porte-parole du « Royal College of Obstetricians and Gynaecologists (RCOG) », Mer O’brien, dit que l’étude danoise est « trop bien conçue » et que les femmes enceintes ne devraient aucunement boire de l’alcool. Sinon, il ne faut pas dépasser deux verres par semaines et cela après avoir dépassé le premier trimestre.

 

Entre ces visions scientifiques plus ou moins divergentes, le meilleur pour toute femme enceinte est de n’exposer son bébé à aucun risque de développement anormal.

 

E.K.L