L’intérêt d’arrêter le tabac pendant la grossesse

Les embryons des fumeuses évolueraient à une vitesse moins rapide que les embryons des non fumeuses, selon une équipe de scientifiques du service de médecine et de biologie de la reproduction humaine du centre hospitalo-universitaire de Nantes.

Ces praticiens et grâce à un embryoscope, avaient pu visualiser le développement embryonnaire pendant les six premiers jours après la fécondation et avant l’implantation.

Huit cent soixante huit œufs dont 139 de mères fumeuses avaient été suivis. Une évolution plus lente des embryons de fumeuses a été remarquée.

Selon le Dr Thomas Fréour,  pharmacien biologiste et relayé par le quotidien français LeFigaro « On relève, à chaque étape, un écart de deux heures en moyenne. On ne peut pas encore expliquer ce retard de croissance des embryons de fumeuses, ni ses conséquences sur une éventuelle grossesse. Mais cela signifie forcément quelque chose.»

Le tabac aurait donc une influence, non seulement sur la croissance normale du bébé, mais ses effets néfastes se manifesteraient déjà dès la fécondation.

Ces résultats ont été rendus publics lors du Congrès européen de médecine de la reproduction qui s’est tenu à Istanbul.

E.K.L