Les prématurés seraient plus à risque de troubles mentaux

Les bébés nés prématurément ont, de nos jours, une meilleure survie mais ceci est obtenu probablement aux dépens d’une santé mentale qui risque d’être perturbée.

Près de 8% des bébés naissent avant 37 SA et 1,5% avant 32 SA. Bien que la médecine moderne aide la plupart de ses bébés à dépasser le cap de la prématurité, des études récentes ont montré que ces tout-petits avaient un cerveau « différent » et un risque accru de problèmes comportementaux et émotionnels pendant l’enfance de ceux qui sont nés après 37 SA.

Au King’s College de Londres, une équipe de scientifiques ont analysé les données relatives à la naissance et aux rapports médicaux de 1,3 million de personnes nées entre 1973 et 1985. Près de 10,000 sujets ont été internés pour problème psychiatrique.

Comparés à ceux nés à terme, les bébés venus au monde avant 32 SA étaient 7,4 fois plus à risque de développer des troubles bipolaires, 2,9 fois plus de dépression et 2,5 fois plus de psychose. Les bébés nés entre 32 et 37 SA avaient aussi un risque pour ces maladies, moins élevé que ceux qui sont nés avant 32 SA mais plus important que ceux nés après 37 SA.

Les auteurs de l’étude ont, par conséquent, insisté sur l’utilité de suivre les enfants nés prématurément afin de détecter, le plus précocement possible, tout problème avant qu’il ne soit trop tard.

Cette étude a publiée dans la revue « Archives of General Psychiatry »

E.K.L