Acupuncture, A dieu les bouffées de chaleur

Bien qu’elles soient généralement associées à la ménopause, les bouffées de chaleur sont particulièrement gênantes et fréquentes chez les survivantes du cancer du sein, et les remèdes actuels approuvés par la FDA (food and drug administration) contre ces malaises, tels que les thérapies de remplacement d’hormones sont dépassés pour les survivants du cancer du sein vu qu’ils contiennent de l’œstrogène.

Par contre l’utilisation de l’acupuncture, selon les résultats d’une étude du « Journal of Clinical Oncology », peut être un traitement viable pour les femmes ayant survécu à un cancer du sein, traitées par hormonothérapie et souffrant de bouffées de chaleur.

En effet, une équipe de chercheurs de l’université de Pennsylvanie, a suivi 120 survivantes du cancer du sein, qui ont toutes déclaré avoir éprouvé plusieurs bouffées de chaleur par jour. Les participantes ont été randomisées en quatre différents groupes etce afin d’analyser l’efficacité d’une technique dite « éléctro-acupuncture » à l’aide de laquelle les aiguilles livrent de faibles courants électriques) et qui réduit les bouffées de chaleur en comparaison à la gabapentine (un médicament épilepsie), précédemment prouvé pour être efficace à la diminution des bouffées de chaleur chez ces patientes.

Les participantes ont reçu durant une période de huit semaines la gabapentine (900 mg) une fois par jour, un placebo, une séance d’électro-acupuncture (deux fois par semaine pendant deux semaines, puis une fois par semaine), ou une séance fictive d’acupuncture avec aucune pénétration d’aiguille ni de courant électrique.

Après 8 semaines de traitement, les patientes ayant été traitées par l’électro-acupuncture, ont présenté la plus grande amélioration en termes de fréquence et de degré de sévérité des bouffées de chaleur, suivi par le groupe soumis au traitement par « de l’acupuncture simulée ». Le groupe ayant reçu la gabapentine a rapporté moins d’amélioration et le groupe placebo a été classé en dernier.

B.H.S