L’excès du fluor : un risque mais non une fatalité

L’excès du fluor : un risque mais non une fatalité

Le fluor est un oligo-élément très répandu dans la nature. Les minerais, l’air, l’eau et certains aliments (les poissons, les fruits de mer, les céréales complètes, les légumes frais et le thé) en sont riches. 

Le fluor est indispensable pour la minéralisation et le renforcement de l’émail dentaire. Mais consommé en excès pendant la période de développement des dents, l’effet totalement inverse est obtenu.

En effet, la production de l’émail est bloquée par les cellules qui en sont responsables en présence du fluor ce qui.est à l’origine d’une altération des tissus dentaires durs. La période de développement des dents s’étale généralement de la naissance jusqu’à l’âge de 8 ans.

Chez les petits qui commencent à peine à apprendre à se brosser les dents, l’une des principales causes de la fluorose est l’ingestion du dentifrice lors du brossage des dents. Chez les moins jeunes, le fluor proviendrait essentiellement de l’eau potable et de l’alimentation.

La fluorose se traduit par l’apparition de tâches opaques blanchâtres pouvant confluer en des zones plus importantes jusqu’à occuper toute la surface de la dent. A l’extrême et dans les fluoroses dites graves, on assiste à une décoloration brunâtre de toutes les dents.

 

Quelle prévention contre la fluorose dentaire ?

Le principal risque devant une fluorose dentaire est surtout d’ordre esthétique. Pour cela, divers moyens peuvent être utilisés par les spécialistes en vue de réparer les lésions ou de restaurer et couvrir les dents tâchées. Tout dépendra du degré de gravité des fluoroses et seul le praticien est habilité à choisir la meilleure thérapeutique.

Tout de même, le meilleur traitement reste la prévention. Cette dernière passe principalement par une bonne éducation des enfants quant au brossage des dents et cela en utilisant un dentifrice dont la teneur en fluor est adaptée à chaque âge et en incitant l’enfant à apprendre à se rincer la bouche pour pas qu’il ingère le dentifrice.

Quant à l’apport alimentaire, les sociétés savantes recommandent un apport quotidien de fluor qui ne dépasserait pas 0,05mg/kg sans dépasser une dose totale journalière de 1mg.

Certes, la fluorose dentaire n’est pas, à ce jour, un problème de santé publique, mais il est hautement conseillé de ne pas cumuler les sources alimentaires fluorurées et d’établir, chez les enfants, un bilan avant toute supplémentation en fluor.

Fluorose dentaire

 

E.K.L