La chicha provoque une exposition significative à la nicotine et aux agents cancérigènes

chicha-sante-tunisieUne étude publiée récemment dans la revue Cancer Epidemiology, Biomarkers & Prevention de l’Association Américaine pour la recherche sur le cancer, a montré chez de jeunes adultes fumeurs de pipes à eau, de fortes concentrations de nicotine, de cotinine, d’agents cancérigènes du tabac et de composés volatiles organiques (CVO) dans leurs urines, qui constituent des facteurs de risque de cancer et de maladies chroniques.

L’équipe de Gideon St.Helen, docteur ès sciences, stagiaire postdoctoral à la division de pharmacologie clinique et au centre de recherche pour la lutte et l’éducation antitabac à l’Université de Californie de la ville de San Francisco, a recruté 55 jeunes adultes en bonne santé âgés de 18 à 48 ans. Apres s’être abstenu de fumer pendant une semaine, les participants à l’étude ont passé en moyenne 74 minutes à fumer la pipe à eau avec une moyenne de 0,6 bols de narguilé par personne. Les chercheurs ont trouvé que les forts niveaux de nicotine, de cotinine et de NNAL, un biomarqueur de l’exposition aux produits du tabac et à la NNK, un agent cancérogène spécifique au tabac, qui ont été détectés immédiatement après la session de « fumerie », sont restés significativement élevé dans les échantillons d’urine même après 24 heures. L’étude rapporte que les niveaux avant et après la séance de « fumerie » ont été multipliés par 73 pour la nicotine, par 4 pour la cotinine et par 2 pour le NNAL. Après 24 heures, la nicotine était toujours 10,4 fois supérieure, la cotinine 3,2 et le NNAL 2,2. Une augmentation de 14 à 91% des produits de dégradation des CVO, comme le benzène ou l’acroléine, connus pour leur implication dans les cancers du poumon et du pancréas, a aussi été relevé selon les participants. Cette étude confirme qu’il existe une corrélation significative entre la durée d’utilisation de la pipe à eau et l’augmentation du niveau de nicotine urinaire post-exposition, et entre le nombre de bols fumées par personne et l’augmentation du niveau de cotinine urinaire post-exposition et après 24 heures. Le Dr St.Helen a expliqué que l’augmentation moyenne des taux de nicotine était comparable aux niveaux obtenus après avoir fumé au moins une cigarette.

Le Dr Gideon St.Helen et ses collaborateurs, ont établis dans cette étude que la chicha, et plus largement les pipes à eau, n’étaient pas « sans danger » car elles constituent un apport important de substances addictives et nocives liées au tabac.

K.L